Accueil » Actualités » Éclaircissement  des industriels du secteur  Textile & Habillement

Éclaircissement  des industriels du secteur  Textile & Habillement

Association Marocaine des Industries  de Textile et de l’Habillement  AMITH

Éclaircissement  des industriels du secteur  Textile & Habillement

 

Suite aux incidents survenus à l’AMITH-Nord, ayant atteint leur point culminant par la démission de huit membres du Bureau Exécutif, puis, par la démission de Monsieur Jamal MAIMOUNI, il a été procédé à la constitution d’une commission provisoire présidée par M. Kamal MAZARI, avec comme membres MM Adif DFOUF, Ahmed AMERNIS, Mohamed LAGHMOUCHI et Mme Naoual EL MLIH, à laquelle il a été confié, à titre provisoire, la gestion des affaires de l’AMITH-Nord, et la préparation de la tenue de l’assemblée générale aussitôt après l’arrivée à terme de l’état d’urgence sanitaire.

Au vu des propos relatifs au dossier de masques, la commission provisoire a décidé de mettre le présent éclaircissement succinct à la disposition des membres du Conseil d’Administration de l’Association Marocaine des Industries de Textile et de l’Habillement (AMITH), pour qu’ils soient au courant de ce qui s’est passé, et aient une idée claire, sans aucune ambiguïté sur les faits.

Le début remonte au 8 avril 2020, lorsque M. Mohamed BOUBOUH a convoqué une réunion à Tanger, tenue au siège de l’AMITH-Nord, à laquelle ont pris part MM. Jamal Eddine MAIMOUNI, Omar MORO, Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de la Région Tanger-Tétouan, Al Hoceima, ainsi que certains industriels du secteur. L’ordre du jour de la réunion a été consacré à la discussion de la possibilité de s’inscrire dans l’initiative de fabriquer des masques et de les mettre à la disposition des autorités locales afin de les distribuer gratuitement aux habitants de la région.

Au cours de ladite réunion, M. BOUBOUH s’est engagé à fournir une première quantité de tissus, moyennant son importation de la société espagnole dite SANTANDIRINA, moyennant la somme d’environ €90.000,00 (à raison d’environ €3,00 le mètre), à condition que d’autres quantités allaient suivre, proposant la fabrication de 2M de masques gratuitement. Cela a créé un sentiment d’enthousiasme dans les rangs  des participants, lesquels ont décidé d’augmenté le nombre à 4M de masques. Les industriels ont considéré ceci comme contribution de leur part pour lutter contre la pandémie, et comme preuve de leur citoyenneté et attachement à leur patrie. Suite à ladite réunion, un communiqué a été publié conjointement par l’AMITH-Nord et la CCIS, et il a été décidé de créer un groupe Whatsapp de tous les participants à la réunion, dont l’administrateur était M. Jamal Eddine MAIMOUNI.

Suite à la réunion précitée, les industriels ont commencé à entreprendre les mesures nécessaires pour la reprise de leur activité industrielle. Beaucoup d’entre eux ont procédé à l’acquisition de machines pour la production de masques, et ont engagé des investissements importants pour l’aménagement de leurs unités de production, afin qu’elles soient adaptées à cette opération caritative et noble. Cependant, après 10 jours de la réunion susmentionnée,  les industriels n’ont pas reçu le tissu que M. BOUBOUH avait promis de fournir, sans aucune explication officielle de sa part ; à chaque fois, sous des prétextes différents : tantôt que la marchandise était en chargement à l’usine et en route vers le Maroc, tantôt que la marchandise était au port.

Après quoi, les industriels ont reçu des tissus en coton, apparemment que M. BOUBOUH avait acheté de la succursale de la société HALLOTEX établie à Tanger. Ledit tissu n’a rien à voir avec la matière qu’il s’est engagé de fournir, le 8 avril écoulé. A la surprise de tout le monde, le sort du tissu qu’il avait acheté de la société SANTANDIRINA au nom de l’AMITH pour le distribuer aux industriels n’a jamais été dévoilé.

A cet effet, il appartient de poser la question suivante à M. BOUBOUH :

 

  • Il a procédé à l’importation de tissu, lequel n’a pas été distribué aux industriels, comme promis. Mais pourquoi n’a-t-il pas acheté le tissu fabriqué par des sociétés marocaines, disposant d’une qualité meilleure que celle des tissus importés d’Espagne ?
  • La surprise bouleversante est que, après avoir fabriqué plus de 700.000 masques, tout le monde a été surpris par le refus du laboratoire IMANOR de certifier ce tissu, n’en parlant pas de sa mauvaise qualité : les industriels ont trouvé une grande difficulté lors de la production des masques avec ce tissu, de sorte qu’ils ont demandé une assistance technique de l’association pour manipuler ledit tissu.

Suite  au refus d’IMANOR, tout s’est arrêté et les industriels ont ressenti une déception, voire une confusion, due au manque de communication avec MM. BOUBOUH et MAIMOUNI.  Pire encore, les noms de certains participants à la réunion du 8 avril, ont été supprimés du groupe Whatsapp pour des raisons inconnues !

La deuxième question à poser à M. BOUBOUH est la suivante :

Pourquoi il n’a pas demandé l’avis du laboratoire IMANOR quant à la qualité de ce tissu avant de procéder à la fabrication des masques ? Et pourquoi il a attendu jusqu’à ce que les industriels aient produit 700.000 masques pour annoncer qu’il n’était pas conforme aux normes exigées ?

Mais, l’inattendu s’est produit ! Alors que les industriels étaient accusés, par la suite, d’avoir produit des masques non conformes, tout le monde fut surpris que M. BOUBOUH avait conclu des contrats directs avec des secteurs gouvernementaux et des grandes surfaces pour produire 5M de masques, ce qui a été considéré par un nombre d’industriels comme étant un comportement incluant beaucoup de confusion et de soupçons.

A cet effet, M. BOUBOUH doit donner tous les détails concernant les contrats qu’il a signés, y compris leurs valeurs. Il doit également dévoiler les unités industrielles avec lesquelles il a sous-traité la fabrication des masques, à raison de 1,5-2,00 Dh/masque, sachant que nous disposons d’informations pertinentes prouvant que M. BOUBOUH a établi des contrats avec des unités de production informelles, ce qui représente une grave violation devant faire l’objet d’une décision ferme en la matière, d’autant plus que l’auteur n’est autre que la personne ayant été élue pour défendre les intérêts et les droits des industriels !

Grave encore ! Alors que les trois entreprises appartenant à M. BOUBOUH ont obtenu les certificats de conformité en un temps record par le laboratoire IMANOR, les industriels étaient perplexes au sujet de l’obtention dudit certificat, car M. BOUBOUH n’en a pas partagé la procédure avec le reste des industriels !

Suite au dévoilement de la réalité des contrats conclus par M. BOUBOUH, et devant l’état de colère des industriels de Tanger, le Président n’a pas trouvé d’autre solution à son problème que de faire du président de l’AMITH-Nord, M. Jamal Eddine MAIMOUNI, un bourg-émissaire, sachant que celui-ci assume une partie de la responsabilité en préférant de se taire et de ne pas tenir les industriels informé de ce qui se passait.

Une autre affaire qui ne doit pas être négligée : le fait qu’il a curieusement insisté sur le monopole de l’information et le refus de la partager avec les responsables de l’AMITH et ses instances nationales et régionales, et à travers eux avec l’ensemble des industriels. M. BOUBOUH, en qualité de président de l’AMITH, était le seul interlocuteur officiel des industriels vis-à-vis le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique. En tant que tel, il était au courant de toutes les décisions et mesures prises ou à prendre, et au lieu de les partager avec les industriels, il a choisi de se taire et d’en informer seulement le cercle restreint autour de lui. Nous n’avons pas besoin de chercher plus en ce qui concerne cette discrétion, car le déroulement des faits et des contrats qui a été dévoilé explique tout ceci.

Nous saisissons cette occasion pour saluer les grands efforts déployés par Monsieur le Ministre, Moulay Hfed EL ALAMI, ainsi que l’ensemble de son encadrement pour le succès du défi de faire de notre pays un des plus grands producteurs de masques à l’échelle internationale.


Mesdames et Messieurs, Membres du Conseil d’Administration de notre Association,

En mettant à votre disposition le présent éclaircissement succinct, au moyen duquel nous voulions vous donner un aperçu sur les développements et les incidents survenus au niveau de l’AMITH-Nord, nous sommes pleinement convaincus de votre sagesse et responsabilité pour prendre les décisions qui s’imposent, pour la défense de nos objectifs et de la crédibilité de l’AMITH. Au nom de la commission provisoire et de l’ensemble des industriels membres de l’AMITH-Nord, nous vous confirmons notre refus catégorique de toutes les accusations qui ont tenté d’altérer les faits, et préconiser que ce qui s’est passé était pour des raisons politiques. Or, nous sommes vivement déterminés, comme à l’accoutumée, à défendre les intérêts du secteur et partager les soucis des industriels, loin de toutes luttes politiques. Nous réitérons également notre engagement plein et inconditionnel pour le renforcement du rôle de notre Association (AMITH) et la fédération de toutes les instances de l’Association à l’échelle nationale et régionale.

Bien à vous.

À propos admin1

x

Check Also

Veille de  l’Aïd Al Adha: Le gouvernement sème la panique

Dimanche 26 juillet 2020. Fin d’après-midi. A cette heure, des milliers d’estivants reviennent des plages ...

Covid 19 :Arrêt des usines de Tanger jusqu’au 12 août

Face à la multiplication effrénée de nouveaux cas de Covid 19 à Tanger, les industriels ...

Propagation du Covid 19 à Tanger

Propagation du Covid 19 à Tanger Les absurdités de certaines critiques déplacées Il existe un ...

%d blogueurs aiment cette page :