Accueil » Infos 24 » Le Sahara Marocain et les dérapages du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon

Le Sahara Marocain et les dérapages du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon

Le Sahara Marocain et les dérapages du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon
[color=#999999][size=08]Le 14-03-2016 à 09:30:37 [/size][/color][b][justify][size=15][color=#333333][u]Pour la diplomatie marocaine[/u]:[/color][/size][/justify][/b][justify][size=12][color=#000066][color=#ff0000]« Des propos inappropriés politiquement, inédits dans les annales de l’ONU et contraires aux résolutions du Conseil de Sécurité »[/color]

Le Gouve
ement du Royaume du Maroc a exprimé, mardi, les plus vives protestations contre les propos du Secrétaire Général des Nations unies M. Ban Ki-Moon sur la question du Sahara Marocain.

Un communiqué du gouve
ement marocain indique que le gouve
ement du Royaume relève avec “une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de M. Ban Ki-Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, durant sa récente visite dans la région”.

Aussi, le Gouve
ement du Royaume du Maroc exprime les plus vives protestations contre les propos du Secrétaire Général sur la question du Sahara Marocain. Ils sont inappropriés politiquement, inédits dans les annales de ses prédécesseurs et contraires aux résolutions du Conseil de Sécurité. Ces propos outrageux blessent les sentiments de l’ensemble du Peuple Marocain, souligne la même source.

Le Gouve
ement du Royaume du Maroc a constaté, s’agissant aussi bien du déroulement de cette visite, que du contenu des déclarations prononcées, que le Secrétariat Général “s’est départi de sa neutralité, de son objectivité et de son impartialité, affichant ouvertement une indulgence coupable avec un Etat fantoche, dépourvu de tous les attributs, sans territoire, ni population, ni drapeau reconnu”.

Le Royaume du Maroc “regrette, en outre, que le Secrétaire Général ait cédé au chantage des autres parties en procédant à des faits accomplis, en violation des engagements et des garanties données au Maroc par ses plus proches collaborateurs, de s’opposer à toute manipulation de ses déplacements”, poursuit la même source, relevant que “le Secrétaire Général s’est malheureusement laissé instrumentaliser pour donner crédit à des prétentions fallacieuses des autres parties”.

Par ailleurs, le Gouve
ement du Royaume du Maroc “constate avec stupéfaction que le Secrétaire Général a utilisé le terme ”occupation” pour qualifier le recouvrement par le Maroc de son intégrité territoriale ce qui déroge de façon drastique avec la terminologie traditionnellement utilisée par les Nations Unies s’agissant du Sahara Marocain”.

L’usage d’une telle terminologie est sans fondement politique ou juridique et constitue une insulte pour le Gouve
ement et le peuple marocains, constate le communiqué du gouve
ement.
En outre, souligne-t-on de même source, “ce type de dérapage sémantique porte dangereusement atteinte à la crédibilité du Secrétariat Général des Nations Unies. Il faut espérer dans l’intérêt du processus de facilitation onusien qu’il ne s’agisse là que d’un lapsus”.

Le Gouve
ement du Royaume du Maroc “constate avec grande surprise que le Secrétaire Général n’a pas daigné soulever la question des violations massives des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf en Algérie, y compris les cas de trois femmes sahraouies séquestrées depuis plus d’un an, dont il est régulièrement saisi tant par les victimes elles-mêmes, que par les Organisations Inte
ationales des droits de l’Homme”.

Enfin, le Gouve
ement du Royaume du Maroc “regrette qu’au moment où le Secrétaire Général projette d’organiser une conférence des contributeurs à l’aide humanitaire aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, il n’a à aucun moment évoqué, lors de sa visite, deux questions préjudicielles”.

La première est l’impératif du recensement de ces populations auquel il a lui-même appelé dans plusieurs de ses rapports, et qui est requis tant par le droit humanitaire inte
ational, que par toutes les résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2011.

La seconde est le détou
ement avéré depuis quatre décennies, de l’aide humanitaire inte
ationale destinée aux populations de ces camps, confirmé par les rapports du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et de l’Office de lutte anti-fraude de l’Union Européenne (OLAF).

Loin d’atteindre l’objectif déclaré du Secrétaire Général durant cette visite, de relancer les négociations politiques, l’ensemble de ces dérapages risque de les compromettre, à quelques mois de la fin de son mandat”, conclut le communiqué du gouve
ement.
[color=#666666]***[/color][u][b][justify][size=15][color=#333333]Pour Tahar Ben Jelloun:[/color][/size][/justify][/b][/u][color=#ff0000]grand écrivain et jou
aliste :
Ban Ki-Moon s’est trompé de voyage[/color]

M. Ban Ki-Moon sait très bien qu’un Etat fantoche à Tindouf n’est pas viable ni souhaitable. Il sait très bien que la marocanité du Sahara est juste, mais il joue son rôle et parle «d’occupation» comme si nous étions en Palestine. Je crois sincèrement qu’il s’est trompé de voyage et de visite.
Il y a longtemps que les Nations Unies ne servent plus à grand-chose. Ce que le général De Gaulle appela «ce machin» poursuit son destin dans l’inutilité flagrante à part quelques exceptions si rares, pourvoyant du travail à des fonctionnaires sans grande imagination ni pouvoir. Il n’avait pas empêché G. W. Bush d’envahir l’Irak et de commettre le malheur de toute la région. Par ailleurs, cela fait des décennies que cette brave assemblée édicte des résolutions condamnant l’Etat d’Israël. Autant de bouts de papier qui s’entassent dans les tiroirs et qui ne sont suivis d’aucun effet. Israël n’a jamais respecté aucune de ces dizaines et dizaines de résolutions, manifestant publiquement son profond mépris pour ce «machin».

Aucun conflit important n’a été résolu grâce à cette instance où, seul le Conseil de sécurité a quelque pouvoir avec l’utilisation du véto. Le reste c’est du bavardage, de la bureaucratie, de l’administration kafkaïenne et du vent qui n’assure même pas la fraicheur quand on étouffe à l’intérieur de ces murs.

Au lieu que M. Ban Ki-Moon vienne perdre son temps à Tindouf et chez ses amis algériens, il aurait mieux fait d’aller s’enquérir sur place de l’état de survie des Kurdes seuls à se battre sur le terrain contre Daech, il aurait pu rendre visite aux Palestiniens dans des territoires réellement occupés par un Etat puissant, arrogant et qui ne tient nullement compte des condamnations onusiennes. Non, ça, il laisse faire et ne bronche pas. Il concède à Israël le statut d’un Etat intouchable, qui peut faire des massacres quand il veut —le de
ier fut durant l’été 2014— et reste impuni. Ce «machin»-là est usé, fatigué et lourd. Il est devenu obèse et de ce fait n’est plus capable de souplesse, d’agilité et de vraie diplomatie.

Le Maroc ne demande pas qu’on soit «gentil» avec lui, il réclame l’application du droit. Le Sahara est un territoire marocain et tout le monde sait, à commencer par le Secrétaire général de l’ONU, que derrière ce conflit l’Algérie tire les ficelles et paie le prix fort pour que ces ficelles parviennent à empoisonner la vie et l’évolution du Maroc. C’est une vieille histoire entre «frères ennemis» dont l’un est jaloux, envieux et mesquin, se focalisant sur le Maroc qui n’a pas de pétrole ni de gaz mais qui a un capital humain vivant et un monarque aimé et respecté parce qu’il sert son pays sans relâche.

M. Ban Ki-Moon sait très bien qu’un Etat fantoche à Tindouf n’est pas viable ni souhaitable. Il sait très bien que la marocanité du Sahara est juste, mais il joue son rôle et parle «d’occupation» comme si nous étions en Palestine. Je crois sincèrement qu’il s’est trompé de voyage et de visite. Au lieu d’aller chez les Palestiniens dont les territoires ont été usurpés par Israël, au lieu d’aller découvrir comment cet Etat pratique un apartheid sans le dire, au lieu de venir en aide à un peuple qui est au bord du désespoir, son avion a été détou
é par le vent de la mauvaise foi et l’a déposé là où des terroristes d’Al Qaeda et de Daech s’entraînent pour rejoindre l’armée du pseudo «Etat islamique». Evidemment, il n’a rien vu à Tindouf. Ses amis américains pourraient lui montrer des vidéos de cette ville que la France a volée au Maroc en 1932 et a annexée à l’Algérie à l’époque française, cette ville devenue un terrain fécond pour le terrorisme inte
ational. S’il n’a même pas été informé de cela, c’est que ses services ne font pas leur travail ou ferment les yeux.
[color=#999999]***[/color][u][b][justify][size=15][color=#333333]Pour Peter Pham:[/color][/size][/justify][/b][/u][color=#ff0000] directeur de l'Africa Center :
Les dérapages verbaux de Ban Ki-Moon, compromettent le rôle neutre de l'ONU [/color]

Les dérapages verbaux du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors de sa tou
ée dans la région, « compromettent » le rôle du secrétariat général de l'ONU en tant que « médiateur neutre et acceptable en vue de la résolution de la question du Sahara », a déclaré Peter Pham, Directeur de l'Africa Center, relevant du prestigieux think tank, Atlantic Council.

« On ne peut que spéculer sur les raisons ayant poussé le SG de l'ONU à faire des commentaires qui sont en fait contradictoires et qui compromettent la neutralité consubstantielle à sa position », a expliqué M. Pham, en faisant observer que ces dérapages verbaux « mettent à mal la capacité du secrétariat général de l'ONU à servir de médiateur neutre et acceptable ».

Dans ses contradictions, Ban Ki-moon a parlé de « tragédie humaine, tout en ignorant en même temps les droits des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, conformément aux conventions inte
ationales et autres instruments des droits de l'Homme », a précisé cet expert des questions africaines.

Dans la même veine, poursuit M. Pham, « son appel en faveur d'une conférence des contributeurs à l'aide humanitaire aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf s'est fait sans pour autant évoquer les préoccupations de ces mêmes contributeurs, comme ce fut le cas au plus haut niveau de l'Union européenne, au sujet du recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie, et de la nécessité de diligenter une enquête sur la corruption affectant le détou
ement de l'aide humanitaire ».

Selon un rapport de l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF), l'Algérie et le polisario procèdent depuis 1991 au détou
ement d'une grande partie de l'aide humanitaire inte
ationale destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, rappelle-t-on.

Peter Pham a relevé, d'autre part, que les dérapages verbaux de Ban Ki-moon contrastent également avec ce qu'il avait dit et redit par le passé, en qualifiant les camps de Tindouf de « bombe à retardement » et en y pointant du doigt le danger de la menace extrémiste, notant que le SG de l'ONU pêche ici « par un manque de vision pour agir sur ces constats faits par lui-même ». « Au lieu d'œuvrer à consolider son legs à la tête de l'ONU, Ban Ki-Moon crée ainsi d'autres problèmes et complique la tâche à ses successeurs », conclut M. Pham. [/color][/size][/justify]

[center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :