Accueil » Actualités » Série noire à Tanger Huit morts tragiques cette semaine

Série noire à Tanger Huit morts tragiques cette semaine

Homicides, suicide, asphyxie, accidents de la route, tel sont les images qui ont marqué la scène tangéroise depuis le début de cette semaine et qui ont coûté la vie à sept personnes, toutes aussi jeunes les unes que les autres, dont deux enfants.
Le 16.02.2015 à 11:41

La série noire a commencé dans la soirée de lundi avec le décès tragique d’un jeune garçon, écrasé par une voiture folle, alors qu’il traversait la chaussée avec sa mère, au niveau du croisement des rues Faîçal Ben Abdelaziz et Ibnou Ardoun, dans le quartier de Casa Barata.

La victime a rendu l’âme sur le lieu du drame avant l’arrivée des secours, alors que le chauffard du véhicule, une berline Mercedes qui roulait à vive allure, a pris la fuite, avant de se livrer le lendemain à la préfecture de police de Tanger.
Le lendemain, mardi, ce sont trois événements tragiques qui se sont produits.
Le premier est survenu à l’aube, lorsque le bateau de pêche “Karim II” a fait naufrage au niveau de la plage Sidi Kacem, dans la région de Tanger. Neuf membres de l’équipage ont été sauvés alors qu’un marin est décédé lors de son évacuation à l’hôpital Mohammed V de Tanger.

Naufrage au large de Tanger Photo : Archives DR

Le Centre de coordination de sauvetage maritime de Bouznika (MRCC), relevant du département de la Pêche maritime, a intercepté un message de détresse émanant du navire de pêche via sa balise de détresse, et ce suite à un échouement qui n’a pu être évité en raison d’une voie d’eau au niveau de la salle des machines.
Le MRCC a déployé une unité de la Marine Royale et a sollicité une intervention de la Protection civile du côté terre, et des moyens aériens ont été également demandés auprès des Forces royales air et de la Gendarmerie royale.
Les opérations de sauvetage ont pris fin vers 07h30 et une enquête a été ouverte par le département de la Pêche maritime pour déterminer les causes et les circonstances de ce regrettable drame.
Le deuxième drame s’est produit dans la matinée, lorsqu’une jeune femme de 25 ans s’est jetée de la terrasse de sa maison familiale située au quartier El Maâdnouss à Dradeb.

Une jeune femme s’est jetée de laterrasse de sa maison familiale Photo : Archives DR

La victime qui a rendu l’âme au cours de son évacuation à l’hôpital Mohammed V, était connue pour avoir déjà tenté précédemment de mettre fin à sa vie.
Le troisième décès s’est produit dans la soirée, au même quartier de Dradeb où une rixe a opposé un adolescent, Soufiane, élève au lycée Moulay Rachid, à un autre jeune homme, alors que tous les deux assistaient à un match de football entre équipes de quartier, au terrain de Aâchaba.
Le malentendu entre les deux antagonistes a vite dégénéré en véritable bataille au cour de laquelle le jeune Soufiane a été mortellement poignardé par son rival.

La police judiciaire
préfectorale est parvenue à arrêter le coupable.
Dans l’après-midi de mercredi, c’est une élève de l’école primaire de Dhar El Berdae, dans la commune de Jouamaâ, province de Fahs Anjra, qui a été écrasée par un camion sur la route de Tanger-Tétouan, à un kilomètre de l’entrée à l’autoroute.
La jeune victime qui était accompagnée de sa mère et de ses deux sœurs, traversait la chaussée dans un passage obligatoire pour les élèves de la région, ne comportant cependant aucune signalisation incitant les automobilistes au ralentissement et à la prudence en ce lieu fréquenté par les piétons.

Aussitôt informé que la jeune victime avait été transportée en urgence à l’hôpital Mohamed V de Tanger, le délégué provincial du ministère de l’Education nationale s’est rendu audit hôpital où la jeune élève a rendu l’âme.
Le même mercredi, le corps d’une jeune femme de 25 ans environ, enveloppé dans un sac en plastique, a été découvert dans un canal des eaux usées dans la commune de Hjar N’hal.

Découverte du corps d’une jeune femme enveloppé dans un sac en plastique. Photo : Archives DR

La forme du sac en question a attiré l’attention des passants ayant fini par faire alerter les autorités judiciaires qui ont procédé au constat d’usage et au transfert du corps à la morgue pour autopsie. Une enquête est ouverte.
Enfin, Dans la soirée de mercredi, deux jeunes époux sont morts, asphyxiés au gaz propane, dans la chambre à coucher de leur domicile situé au quartier espagnol à Tanger.

Apparemment, leur chauffe-eau présentant des défectuosités et des fuites était installé dans un local mal aéré attenant à la chambre.
Les corps des victimes âgées de 25 et 23 ans ont été évacués à la morgue pour autopsie.
Enfin, dans l’après-midi de jeudi, un élève du groupe scolaire de Sebt Zinat, dans la région de Tanger, a été retrouvé mort dans le lit d’un cours d’eau, alors que ses vêtements étaient déposés sur la berge.
Apparemment, cet enfant demeurant au douar Chrarba, qui avait quitté son établissement scolaire en compagnie de ses camarades, se serait séparé du groupe pour faire un plongeon dans l’oued, sachant que la jou
ée de jeudi était bien ensoleillée. On suppose qu’il est mort par noyade.

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :