L’Université Abdelmalek Essaâdi lance un dispositif contre le harcèlement sexuel

Dans un communiqué diffusé le 2 janvier courant, à la suite de diverses plaintes d’étudiantes dénonçant un harcèlement sexuel par des enseignants, l’université Abdelmalek Essaâdi de Tétouan a annoncé l’ouverture d’un numéro vert et une adresse mail pour dénoncer tout acte de harcèlement et de violences sexuels. Une initiative qui a pour objectif de prévenir et de dissuader tout comportement abusif au sein de l’université en garantissant l’anonymat des plaignantes. Le ministère de l’Enseignement supérieur a, de son côté, annoncé qu’il ferait preuve d’une “tolérance zéro face à ce genre d’abus.
Ces mesures qui devraient réjouir les étudiants et particulièrement les étudiantes, et dissuader les enseignants qui abusent de leur pouvoir pour exercer ce genre de harcèlement, interviennent quelques jours après les révélations sur des faits de harcèlement sexuel survenus  à l’École Roi Fahd de  traduction à Tanger où l’on a  évoqué le cas d’«un enseignant-chercheur qui faisait, apparemment, visionner des enregistrements du genre sexuel à une étudiante».
L’enseignant en question aurait été suspendu jusqu’à sa présentation devant un conseil disciplinaire qui devait être  tenu d’urgence.
Les étudiants, eux, réclamaient la démission du mis en cause qui risque d’être frappé d’une  interdiction définitive d’exercer les fonctions d’enseignant  ou de chercheur dans un établissement public d’enseignement supérieur.
L’administration estime qu’il serait  «difficile de prouver l’existence d’un harcèlement sexuel de la part d’un enseignant: il faudrait que les étudiantes fassent remonter leurs plaintes auprès des chefs de départements».
Cette affaire a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux, où un groupe a lancé une campagne de dénonciation sur internet pour récolter des témoignages d’éventuelles autres victimes.
L’enseignant visé  par les accusations  de harcèlement,  à l’École supérieure Roi Fahd de traduction de Tanger a été interpellé par les autorités dans la soirée du 4 janvier suite à une  plainte pour harcèlement déposée à son encontre par une étudiante et une douzaine de témoins.
L’homme aurait   été placé en garde à vue.
Durant la même journée, la direction de l’établissement scolaire avait tenu une réunion extraordinaire pour discuter de ces cas.
L’administration de l’école avait auparavant suspendu l’enseignant accusé, et l’avait remplacé par une professeure.
L’enquête suit son cours.

 

À propos Romaisae

x

Check Also

Médina de Tanger Après «Msarya f’Mdina» la campagne de soutien aux commerces se poursuit

Après les premières journées intitulées «Msarya f’Mdina» (Un tour dans la médina- Cf notre précédente ...

Deuxième gisement de gaz au large de Larache

Dans un communiqué publié, lundi 10 janvier, la compagnie britannique Chariot a indiqué la découverte ...

Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Ebauche du nouveau plan de développement régional 2022-2027

Le wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed M’Hidia, et le président du Conseil régional, ...

%d blogueurs aiment cette page :