Accueil » Vie associative » Les dangers pesants sur les monuments et sites historiques de la ville de Tanger

Les dangers pesants sur les monuments et sites historiques de la ville de Tanger

Les dangers pesants sur les monuments et sites historiques de la ville de Tanger
[color=#999999][size=08]Le 22-02-2016 à 09:58:44 [/size][/color][b][justify][size=10][color=#333333] Notre lecteur assidu, Larbi Elheman, Fondateur de l’association Alboughaz et de la jeune chambre économique de Tanger, a fait parvenir à notre rédaction un article dans lequel il tire la sonnette d’alarme sur les dangers pesants sur[color=#993300] les monuments et sites historiques[/color] de la ville de Tanger. Nous vous le livrons dans son intégralité en espérant recevoir votre contribution au débat sur le sujet, qui pourrait être ouvert dans nos colonnes. [/color][/size][/justify][/b][center][color=#3366ff][size=19]***[/size][/color][/center][justify][size=12][color=#000066] « Le problème récurrent des constructions anarchiques ou des politiques publiques ne prenant pas toujours en compte la protection du patrimoine matériel historique de la ville de Tanger suscitent, naturellement, auprès des citoyens et de la société civile de Tanger, des craintes légitimes quant aux possibles dégradations, voire pertes de ces sites et monuments historiques.

« C’est dans ce sens que l’Association Alboughaz pérennise un travail de veille entamé par les fondateurs de la Jeune chambre économique de Tanger. C’est grâce à l’action de cette ONG et la société civile tangéroise dans son ensemble, qu’une dynamique de demande de classement de monuments historiques a été entamée. Cela a permis le classement, en 2005, de plusieurs bâtiments, à l’instar des bâtiments Renschhausen (B.O n° 5317 du 16/05/2005). Tout un triomphe quand on sait que dans tout le Maroc, d’après le site du Ministère de la Culture, le Royaume n’a qu’un total de trois cents monuments, sites et zones classés : 40 à Fès, 35 à Meknès…26 à Tanger, 1 à Asilah et seulement 2 à Casablanca. Parmi les sites classés à Tanger, 14 l’ont été avant l’indépendance, soit entre 1934 et 1951 ; 8 ont été classés entre 2004 et 2005 (B.O n°5317) ; 3 sites ont connu une ouverture d’enquêtes en 2006 pour un éventuel classement (B.O n°5393).

« Depuis l’année de
ière Tanger a engagé la procédure de classement de plus de 40 monuments, dont 18 sont en cours d’inscription.

« Ce résultat, somme toute modeste, a de quoi motiver l’ensemble des acteurs de la société civile qui, en collaboration avec les autorités administratives compétentes, veille sur les différents sites historiques de la ville.

« On se souvient encore qu’en 2001, près de 28 associations tangéroises ont eu à adresser au Premier Ministre de l’époque, une requête pour la sauvegarde des monuments, sites et zones protégés de la ville. Et, en 2004, l’agence urbaine de Tanger a eu à publier une « liste préliminaire » de 172 bâtiments d’intérêt historique et architectural à sauvegarder, avant de proposer, en 2006, la restauration de quelques sites et bâtiments.

« L’intérêt que l’association Alboughaz manifeste pour le patrimoine historique de la ville de Tanger a amené cette de
ière, entre 2010 et 2013, en collaboration avec l’université Rovira/Virgili d’Espagne, à inventorier ce patrimoine et à réaliser le site inte
et dédié au patrimoine de Tanger. L’aboutissement de cette action a été la publication, lors du colloque « Tanger un patrimoine mondial », tenu les 28, 29 et 30 juin 2002, de la liste du patrimoine de Tanger ; une liste complétée dans la publication d’octobre 2014, « le patrimoine identité du nouveau grand Tanger : le patrimoine et la culture, défis de la ville au 21e siècle » où il est question des sites archéologiques, les nécropoles, les borjs, les palais, les grandes demeures, les bâtiments officiels d’une certaine importance, les jardins, les vues panoramiques, etc. Il est également question de plusieurs zones de Tanger intra-muros, comme les zones limitrophes aux murailles de la médina, l’ancien Tanger mode
e (extension ou ensanche), la co
iche, la sortie du port, le boulevard front de mer et vers malabata (El marshan, Emsallah et Souani, route de la Montagne et les environs de la ville).

Il est à noter que l’ensemble de ce travail, qui est à saluer, résiste au temps grâce à la persévérance et au dévouement de l’équipe actuelle de l’association Alboughaz et de la société civile qui parviennent à garder la flamme vivante des amoureux de Tanger, notamment des pionniers de ces initiatives qui nous ont quittés, à l’instar de Abderrahmane el Mrabet, Mohammed Ouriaghli, Abdelouabed Bit et Mal, Abdessamad Al Achab et Mostapha Bakioui » [/color][/size][/justify]
[right][color=#996600]ــــــــــــ[/color][size=10][color=#666666][b][color=#333333]Larbi Elheman[/color][/b] :Sénateur de la jeune Chambre Inte
ationale (Jaycees inte
ational)
Fondateur et ancien président de l’association Alboughaz[/color][/size][/right][size=8][color=#999999]Photo :DR[/color][/size][center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :