Accueil » Art & Culture » L’auberge Des Pauvres de Tahar Benjelloun

L’auberge Des Pauvres de Tahar Benjelloun

L’auberge Des Pauvres de Tahar Benjelloun
[size=8][color=#999999]Le 21-11-2015 à 14:53:04 [/color][/size][justify][size=12][justify] Fuyant une vie conjugale médiocre, une vie morose, un universitaire et écrivain marocain su
ommé Bidoun se retrouve à participer à un concours pour rédiger le portrait de Naples.

Arrivé dans cette ville italienne, le destin va le conduire à une auberge très particulière appelée «[color=#ff0000] L’auberge des pauvres[/color]», tenue par une vieille femme, la de
ière résidente, mais aussi la gardienne de ces lieux ou plutôt de cet asile des blessés de l'âme. Cette vieille le guidera et lui montera peut-être le chemin pour se connaitre lui-même et lui redonner un sens à sa vie !

Bidoun est accueilli par cette vieille femme fantasque, d'une autre époque, une antiquité aux multiples facettes, tel un mélange de plusieurs épices, qui traîne avec elle un lourd passé ; privée d'enfance, mal aimée, saccagée par un père brutal, la vieille porte des cicatrices au corps et à l'âme.

Femmes ou hommes, célèbres ou anonymes, écorchés, éclopés, esquintés par la vie, viennent s'échouer dans cette auberge où ils sont recueillis par la gardienne. La vieille prend sous son aile ces pensionnaires avec leurs morceaux de vie sans force et sans dignité. Bidoun, quant à lui, va se retrouver mêlé aux problèmes des uns et des autres.

« L’auberge des pauvres » un vrai coup de cœur, les thèmes du roman sont forts, l'auteur aborde avec, parfois, beaucoup de violence la pauvreté, la passion amoureuse, la vie conjugale, l'identité, l'immigration, la religion, la maltraitance enfin les douleurs de la vie, tout cela planté dans un décor napolitain et sous le regard bienveillant de la vieille gardienne.
Tahar Ben Jelloun nous fait savourer encore une fois, le verbe et le style à la plume si belle à travers ses romans, il nous fait sentir la chaleur d'un feu, la souffrance enfouie, la larme salée qui tombe en silence, le cri contre l'injustice, l'amour d'une femme ou d'un homme, peu importe, il fait battre le cœur c'est l'essentiel.

Voilà ce que me fait un roman de Tahar Ben Jelloun .
[b]Bonne lecture ![/b].[/justify][/size][/justify] [size=7][color=#999999]Design : Anouar[/color][/size][size=9][color=#999999]Par : Meryem Cherradi[/color][/size] [center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :