Accueil » Actualités » La police Poursuit sa Guerre contre la Chicha

La police Poursuit sa Guerre contre la Chicha

La police poursuit sa Guerre contre la chicha
[color=#999999][size=09]Le 26-04-2018 à 10:20:18 [/size][/color]
[b][justify][size=12] La police préfectorale de Tanger poursuit sa campagne contre les cafés à chicha dans différents quartiers de la ville.

Ainsi, depuis le début du mois d’avril, il a été procédé à l’arrestation de plusieurs gérants de cafés et à la saisie de 180 narguilés, de 240 foyers à chicha, ainsi qu’ à une importante quantité de tabac à chicha appelé «lem3assel».

Les personnes arrêtées ont été placées en garde à vue en attendant d’être déférée devant la justice.
Pourtant interdite par une récente loi marocaine, la chicha est toujours consommée dans certains cafés discrets ou souvent répertoriés

Consommer quelques grammes de chicha équivaut à la consommation de 100 cigarettes, affirment les spécialistes. Mais ceci ne semble pas assez pour dissuader de jeunes, hommes et femmes, à se séparer du narguilé.

Le phénomène s’est répandu au Maroc avec l’apparition, il y a une quinzaine d’années, de cet appareil typiquement oriental qui a trouvé un terrain propice à sa propagation fulgurante.

Cela a fini par alerter les autorités publiques, suite aux différentes sonnettes d’alarme tirées par les milieux médicaux. Ainsi, les autorités locales ont ordonné des campagnes d’assainissement sur la base d’arrêtés préfectoraux interdisant l’utilisation des narguilés et la consommation de la chicha dans les lieux publics, d’autant plus que, sous couvert de ce produit, les utilisateurs dissimulent du hachich et en consomment librement et impunément.

Des opérations coup de poing se sont déroulées dans plusieurs villes du pays dont Tanger, avec plus ou moins de succès. Mais si le phénomène a sensiblement diminué, il subsiste dans des lieux qui se considèrent encore au-dessus de la loi. C’est le cas de plusieurs cafés spécialisés, la plupart portant des noms orientaux, hôtels, restaurants, bars et autres night-clubs continuent à offrir à leurs clients des services de ce genre, allant jusqu’à aménager des fumoirs dédiés à cette consommation illicite et surtout dangereuse pour la santé…[/size][/justify][/b]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :