Accueil » Actualités » Homicide ; suicide ; agression ; vol ; mort accidentelle ; trafic de drogue ; incendies ; émigration clandestine…

Homicide ; suicide ; agression ; vol ; mort accidentelle ; trafic de drogue ; incendies ; émigration clandestine…

semaine dramatique à tanger : Homicide ; suicide ; agression ; vol ; mort accidentelle ; trafic de drogue ; incendies ; émigration clandestine…
[color=#999999][size=08]Le 15-02-2016 à 11:15:00 [/size][/color][b][justify][size=10][color=#333333] Cette semaine était riche en drames à Tanger, ayant mis sur les dents les forces de l’ordre dont notamment la police préfectorale et la protection civile. On aura ainsi enregistré l’assassinat d’un bijoutier ; le suicide d’une élève ; la mort accidentelle d’un ouvrier du bâtiment ; l’agression d’un commerçant ; l’arrestation de plusieurs criminels et deux incendies ayant fait des dégâts matériels importants. [/color][/size][/justify][/b][center][color=#3366ff][size=19]***[/size][/color][/center][justify][size=12][color=#000066]Le fait le plus grave s’est produit mardi 9 février lorsque deux individus ont attaqué une bijouterie à Haoumat Al Haddad au quartier de Bénimakada, blessant mortellement à l’arme blanche le propriétaire de ce commerce, un père de famille qui a succombé à ses blessures peu de temps après la fuite de ses deux agresseurs qui ont emporté une quantité assez importante de bijoux.

Mais les limiers de la police préfectorale ont mis moins de quatre heures après le drame pour mettre la main sur les deux meurtriers, 18 et 22 ans, faisant partie d’une même famille, apparemment originaires de Taounate.
Un troisième complice serait activement recherché.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/crime_bijoutier_640.jpg[/img][/center]De très nombreuses personnes, choquées par ce meurtre crapuleux auraient manifesté dans le quartier de Beni Mekada, après avoir assisté à l’enterrement de la victime, ce qui aurait incité les forces de police à renoncer à l’opération de la reconstitution du crime sur la scène du drame craignant pour la sécurité des détenus. Cette reconstitution s’est finalement faite au siège de la préfecture de police.

Auparavant, un grand malheur, aussi grave, a frappé la famille d’une élève mineure de 17 ans qui s’est donné la mort par pendaison.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/suicide_amina_450.jpg[/img][/center]La jeune victime, Amina El Harrak, qui était une croyante et une pratiquante assidue de la religion musulmane, et qui poursuivait des études dans une école traditionnelle, n’avait, apparemment, aucune raison de commettre cet acte de désespoir qu’elle aurait pourtant froidement prémédité en confectionnant elle-même la corde de sa pendaison avec du tissu trouvé dans sa chambre au domicile familial situé à haoumat Dghoughi, au quartier du vieux Branès dans la médina de Tanger où elle vivait avec sa mère, sachant que son père travaille et réside en France.

La dépouille de la victime est soumise à une autopsie pour définir les causes de la mort.
Dans l’après-midi de mercredi, quatre individus ont agressé un commerçant à l’intérieur de sa boutique située au souk populaire de Casabarata.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/photo_commercant_de_casabarata.jpg[/img][/center]Les agresseurs qui ont subitement envahi le magasin ont roué de coups leur victime pour enfin l’abandonner évanouie, avant de prendre la fuite sous le regard de nombreux témoins éberlués devant la gravité et la rapidité de ce drame.
La police qui s’est déplacée sur les lieux a ouvert une enquête pour identifier les criminels.

Les drames de la semaine ne se sont pas limités là puisque le quartier de Lalla Chafia a été, à son tour, le théâtre, dans la soirée de mercredi, non loin de la boulangerie de Paris, d’une tragédie ayant coûté la vie à un ouvrier du bâtiment, Abdelali, 34 ans, originaire de Taroudant.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/photo_ouvrier_lalla_chafia.jpg[/img][/center]Alors qu’il était absorbé à opérer, en profondeur, le remplacement d’une conduite d’eau usée, une grosse barre métallique s’est détachée et a violemment percuté la tête de la victime dont la mort a été instantanée, probablement à la suite d’un grave traumatisme crânien.

Alors que le corps de la victime a été transporté à la morgue, une enquête a été ouverte pour reconstituer les circonstances du drame.

Le même mercredi, la police relevant du district de Bénimakada a procédé à l’interpellation à Aïn Mechlaoua et Dhar el Kanfoud, de quatre membres d’un réseau spécialisé dans le vol qualifié et l’émigration clandestine, originaires de Tanger.
il s’agit de faux policiers constituant une bande de deux hommes et deux femmes dirigés par un certain Khanfori, opérant à Bénimakada.

Les criminels faisaient usage de gilets portant la mention « Police » et d’appareils portables de télécommunication pour be
er leurs victimes.

Les forces de l’ordre ont procédé à la saisie d’une voiture légère et d’une fourgonnette que les malfaiteurs utilisaient pour le transport d’ objets volés, notamment des meubles et des appareils ménagers qu’ils dérobaient dans des domiciles inoccupés, en forçant les systèmes de fermeture, en l’absence des propriétaires, la plupart
des Marocains résidents à l’étranger.

Les criminels étaient également spécialisés dans l’organisation de fausses opérations d’émigration clandestine dont les victimes be
ées par des promesses jamais tenues, étaient dépouillées de leur argent qu’elles versaient à titre de grosses avances aux malfaiteurs qui disparaissaient ensuite dans la nature.

La police touristique a, d’autre part, interpellé un individu avec, en sa possession 680 comprimés psychotropes.
L’affaire a commencé lors d’un contrôle de routine, alors que l’intéressé prenait de l’essence pour sa moto à la station-service attenante au supermarché Asswak Assalam.

Voyant arriver dans sa direction une voiture de police, le personnage a emprunté sa moto avec un passager et quitté précipitamment la station, ce qui a donné lieu à une poursuite par les policiers, qui a abouti à l’arrestation du motocycliste alors que son passager est parvenu à prendre la fuite en l’absence d’éclairage public.

En plus des comprimés prohibés, la police a également saisi trois téléphones portables, un matraque, les clés d’une voiture et la moto qui n’avait pas de papiers.
Des recherches sont engagées pour arrêter le fuyard.

Cette semaine a été également marquée par un accident de la circulation s’étant produit, mardi, sur la route côtière au niveau de Merkala, lorsqu’une voiture légère dont le conducteur a perdu le contrôle, a quitté la chaussée pour finir brutalement sur le bas-côté.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/photo_accident_merkala450.jpg[/img][/center]Outre les blessures plus ou moins graves subies par les quatre jeunes passagers transportés au service des urgences de l’hôpital régional Mohammed V, on a enregistré d’importants dégâts matériels sur le véhicule.
Autre lieu, autre accident : une fourgonnette transportant du personnel d’entreprise, est entrée en collision, jeudi, avec un véhicule utilitaire à Satvillage à hauteur d’une station-service.

Cet accident dû apparemment à l’excès de vitesse a occasionné des blessures aux passagers de la fourgonnette qui ont été évacués à l’hôpital régional Mohammed V.
Sur un autre volet, on a enregistré deux incendies.

Le premier s’est déclaré en début de matinée de mercredi au pavillon des vêtements usagés du souk de Casabarata où le feu a détruit une vingtaine de boutiques.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/photo_incendie_casabarata.jpg[/img][/center]Selon le rapport d’enquête, l’incendie aurait été provoqué par un court-circuit électrique, ce qui reste à confirmer.
Les éléments de la Protection civile ont consacré toute la matinée pour maîtriser les flammes.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/explosion_dune_voiture450.jpg[/img][/center]Le deuxième incendie est survenu dans le parking attenant à la clinique du Croissant rouge située à la rue Mansour Eddahbi, lorsqu’une voiture en stationnement a pris subitement feu en l’absence de son propriétaire.

Le véhicule s’est pratiquement totalement consumé et à l’arrivée des Sapeurs-pompiers, les flammes avaient déjà atteint un deuxième véhicule du type 4×4 garé à côté.[/color][/size][/justify]
[size=9][color=#999999]Photo :DR[/color][/size][center][size=17][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :