Accueil » Actualités » Du nouveau dans l’affaire de la marâtre tortionnaire

Du nouveau dans l’affaire de la marâtre tortionnaire

L’histoire avait commencé dans la soirée de samedi 25 avril dernier, lorsqu’une vidéo lancée sur les réseaux sociaux, montrant une femme, la quarantaine, atrocement déchaînée contre un jeune adolescent de 18 ans, Hamza, qu’elle chassait brutalement  de « sa » cuisine à coups durs  et à cris forts.
La tortionnaire, belle-mère de la victime, était sauvagement déchaînée et ne lésinait pas sur les gifles, les coups à la tête, les piétinements, les coups de pied, le tout arrosé d’injures et de cris hystériques.
L’époux de la femme agressive et père de la victime, tentait tant bien que mal de calmer sa femme sans parvenir à préserver son fils soumis à la colère de sa tortionnaire. Le grand  malheur, c’est que le jeune Hamza à besoins spécifiques,  puisqu’atteint à la colonne vertébrale et handicapé de ses deux jambes, ne pouvait pas s’échapper.
Ces images ainsi filmées et transmises étaient horrifiantes, ce qui a déclenché une vague de protestations sur les réseaux sociaux, les internautes demandant que justice soit rendue à ce malheureux garçon.

Des associations de défense des droits humains montent  au créneau, sollicitant des autorités compétences de diligenter des investigations à ce sujet et de rendre justice à Hamza en arrêtant la marâtre tortionnaire,  mais également le père pour sa passivité  et non-assistance à personne en danger.
Les gendarmes se saisissent de la triste affaire, et la belle-mère est placée en garde à vue pour les besoins de l’enquête.
Une question-clé  s’est alors imposée : « Qui a filmé la scène ? ».
La réponse à cette question a donné une nouvelle version à l’histoire : ce serait le jeune adolescent lui-même qui aurait planifié son agression filmée, la deuxième du genre.
Alors que sa première agression était passée inaperçue, la victime qui, selon son père, avait des notions très poussées en électronique, a eu l’idée de placer la caméra de son téléphone portable à un endroit idéal pour filmer la scène terrible dont il était victime le samedi soir,  sous le regard passif de son père. Bref, une véritable mise en scène qui, apparemment, a incité la belle-mère à se déchaîner.

Ces nouvelles données ont incité le parquet du tribunal de première instance de Tanger après avoir effectué une perquisition par le procureur adjoint du roi / Abdel Adim Al-Jawal Al-Waragli à libérer les accusés et à les poursuivre après leur mise en liberté provisoire. Et se référa à nouveau au gendarmerie royale afin d’approfondir l’enquête

A signaler que le jeune adolescent maltraité vit d’habitude avec sa maman divorcée à Kénitra où elle vivote en tant que  vendeuse de pain.
Le garçon rend visite de temps à autre à son père et à sa belle-mère qui ne semble pas, selon toute vraisemblance,  le porter dans son cœur, ce qui n’est pourtant  pas de l’avis du père.  Cette fois, la visite du garçon  a assez duré puisque était confiné avec eux dans la périphérie de Tanger où le couple habite.

À propos admin1

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :