Accueil » Sport » DE LA LUTTE CONTRE LA VI0LENCE A LA LUTTE CONTRE LE COVID: EXEMPLE LA LIGA

DE LA LUTTE CONTRE LA VI0LENCE A LA LUTTE CONTRE LE COVID: EXEMPLE LA LIGA

Alors que le football reprend progressivement en Europe, la question d’un retour des supporters dans les tribunes se pose déjà. Mais pour l’heure, le huis clos semble être une règle qui déplait à tous les clubs pour le manque d’importantes recettes dans les guichets. Comment la sécurité sera-t–elle garantie dans un match ? Voici la question du jour qui donne beaucoup à réfléchir. Le COVID-19 continue d’affecter tous les aspects de nos vies. Le football, bien sûr, en fait partie. En Espagne, tout bouge dans ce sens. Avec la création  du département d’intégrité et de sécurité de LaLiga, les responsables espagnols  sont prêts à faire face à cette situation et à faire en sorte que le plus grand événement sportif du monde se poursuive. Depuis fin 2014, la Direction de l’intégrité et de la sécurité de LaLiga, actuellement dirigée par Florentino Villabona, poursuit deux objectifs fondamentaux: lutter contre tout type de violence liée au football et assurer la protection des supporters qui se rendent dans les stades . Ce dernier point est traité par l’Espace Sécurité, qui gère la protection des spectateurs pour leur permettre de profiter du football de manière confortable, conformément à la Convention du Conseil de l’Europe sur une approche intégrée de la protection, de la sécurité et des services lors des matches de football professionnels. En outre, la zone de sécurité de LaLiga dispose d’une unité d’analyse où toutes les actions violentes liées à ce sport sont étudiées. Cette équipe a réussi à compléter une connaissance approfondie de tous les groupes radicaux et violents autour du football professionnel. L’objectif de la direction de l’intégrité et de la sécurité de la Liga est de lutter contre tout type de violence liée au football et d’assurer la protection des supporters. «À LaLiga, nous comprenons que la protection des supporters commence à partir du moment où ils quittent leur domicile jusqu’à la fin du match et à leur retour. Et bien que les compétitions de sécurité sur la voie publique appartiennent, logiquement, aux Forces et Organismes de Sécurité, c’est en permanent contact avec eux pour collaborer autant que possible. Avec eux, nous partageons toutes les informations que nous collectons et qui peuvent donner lieu à certaines actions, donc la collaboration est totale et absolue « , explique Juan Carlos Privado, responsable de la zone de sécurité de LaLiga En tant qu’institution, LaLiga fait également partie de la Commission Antiviolence. « Toutes les informations que nous pouvons offrir à cet égard y sont présentées, où nous avons fourni des rapports qui permettent une action administrative. De plus, LaLiga est apparue comme une poursuite privée  pénale en cas d’incidents violents par le biais de notre service juridique. Ainsi, bien que nos pouvoirs soient limités aux stades, nous fournissons de nouveaux efforts de travail tant pour la Commission que pour la police dans la lutte contre la violence, le racisme, l’intolérance et la xénophobie dans le sport », explique Juan Diego González, chef de l’Unité d’analyse de la sécurité. Les personnes chargées d’assurer, par LaLiga, que ces objectifs soient atteints sont concentrées dans ce sens. Tous sont en contact permanent avec une figure très importante des clubs: le directeur de la sécurité. «Jusqu’à la création de la Direction de l’intégrité et de la sécurité, la relation entre les directeurs de la sécurité n’était pas fluide. L’interaction et la coordination entre eux n’étaient pas suffisantes, il a donc été décidé depuis notre région de promouvoir un cadre de communication stable et formalisé. dans le but d’unifier les critères et de définir un mode de travail efficace, obtenant d’excellents résultats grâce à leur implication et à leur bon travail », déclare Juan Carlos Privado. À ce sujet, Juan Diego González assure qu’ils voulaient faire en sorte que l’échange d’informations soit fluide à travers lors de l’organisation des dispositifs de sécurité des matchs: «Actuellement, si un match se joue un samedi, lundi ou mardi, ils commencent déjà à partager des informations liées à la sécurité du jeu. Le même travail a été transféré à la problématique du covid 19 et la commission antiviolence qui protège les spectateurs est bien là pour lutter contre l’épidémie à l’intérieur des stades .La question qui se pose est la suivante :doit-on exiger le test PRS ou le certificat de vaccination contre le corona le jour du match ? Une multitude de réunions se poursuivent pour assurer le retour du public au football dans le respect des conditions sanitaires du citoyen.

À propos Romaisae

x

Check Also

La peine de mort pour le principal accusé dans l’affaire du petit Adnane

Au bout du long procès de l’affaire du meurtre de l’enfant Adnane Bouchouf ouvert en ...

Conseil régional du Tourisme Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Eviter les pièges de la communication mitigée

Fidèle à son habituel style de communication avec le public,  basé sur le leitmotiv : « Nous allons ...

Conseil régional Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Adoption du SRAT et d’un contrat-programme avec l’Etat

Le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a  tenu,  mercredi 13 janvier courant, une ...

%d blogueurs aiment cette page :