Accueil » Vie associative » Appel à la société tangéroise pour Observer une Tréve

Appel à la société tangéroise pour Observer une Tréve

Nous sollicitons de la société tangéroise d’observer une trêve en attendant les résultats des mesures prises, et en commençant par l’ajou
ement de la manifestation populaire prévue pour ce samedi soir
[color=#999999][size=10]Le 09-11-2015 à 11:04:53 [/size][/color][b][justify][size=10][color=#333333] Depuis que la population tangéroise s’est élevée, voilà plus d’un mois, contre les factures salées d’Amendis, entre autres dépassements abusifs de cette société délégataire de distribution d’eau et d’électricité, plusieurs décisions ont été prises en vue de décongestionner la situation et de trouver des solutions aux problèmes posés, sachant que la revendication maîtresse exigeant le départ définitif d’Amendis est, pour le moment, irréalisable pour des raisons stratégiques dues à des erreurs du passé, que nous avons déjà développées, et qui mettent ce délégataire en position de force face à la ville de Tanger et au gouve
ement marocain.

Il s’agirait donc, pour le moment, de suspendre les manifestations populaires en attendant de voir les résultats des mesures annoncées par les officiels aux niveaux local et gouve
emental.
C’est dans cette optique que nous sollicitions de la société tangéroise d’observer une trêve en commençant par l’ajou
ement de la manifestation populaire prévue pour ce samedi soir. [/color][/size][/justify][/b][center][color=#3366ff][size=19]***[/size][/color][/center][justify][size=12][color=#000066] SM le Roi Mohammed VI a donné ses Hautes instructions au chef du gouve
ement Abdelilah Benkirane pour se déplacer à Tanger, dimanche 1er novembre, en compagnie du ministre de l’intérieur Mohamed Hassad, afin de prendre beaucoup plus connaissance sur le terrain, des problèmes opposant la population de Tanger à la société délégataire de distribution d’eau et d’électricité et de la gestion de l’assainissement liquide, Amendis filiale de la société française Véolia Environnement, notamment en matière de facturations exorbitantes de la consommation d’eau et d’électricité.

Cette visite est intervenue une semaine après que le ministère de l’intérieur ait mis en place une commission pour superviser la situation.

[center][size=14][color=#ff0000]Benkirane à côté de la plaque[/color][/size][/center][center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/amendis_.benkiraan1.jpg[/img][/center]Lors d’une réunion de crise tenue donc dimanche de
ier en présence du wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et des élus, Abdelilah Benkirane a mis en garde contre la poursuite des protestations de la population tangéroise, tout en martelant que ces mouvements n’ont plus lieu d’être et qu’elles nuisent au citoyen et à la nation».
Nous nous mettons un moment à la place du chef du gouve
ement pour concevoir que la situation n’est pas aussi facile à résoudre qu’on le pense. Nous savons que le gouve
ement est pris à la gorge par un contrat astreignant signé en 2002 par des responsables irresponsables locaux et centraux ignorant tout de la gestion déléguée, qui ont engagé la ville de Tanger et le Maroc dans un sale pétrin pour une durée de 25 années. C’est ce qui fait dire à Benkirane qu’il faut écarter toute éventualité de rupture unilatérale du contrat avec Amendis, vu le coût financier de cette rupture, cela outre ses retombées politiques et diplomatiques sur les relations maroco-françaises.

Nous savons aussi que, pour renflouer les caisses de l’Office national de l’électricité et de l’Eau potable (ONEE) obérées par une mauvaise gestion patente, un contrat-programme a été signé le 26 mai 2014 par les ministres de l’Intérieur, de l’Economie et des Finances, de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, ainsi que le ministre délégué auprès du chef du gouve
ement, chargé des Affaires générales et de la Gouve
ance, instituant de nouvelles modalités de facturation et dispositions tarifaires pour l’électricité, l’eau potable et l’assainissement liquide au niveau national sur la période 2014-2017 et induisant, par ricochet, une hausse des factures.

Nous comprenons tout cela et, si à la rigueur, nous pouvons admettre que ce sont là de sérieuses contraintes qui réduisent la liberté et le champ d’action du gouve
ement, nous estimons que cela ne donne nullement le droit au chef du gouve
ement de se ranger aux côtés du bourreau Amendis pour fouetter davantage des citoyens excédés de payer pour des erreurs commises par des officiels qui bénéficient de l’indulgence de Benkirane et de son fameux slogan « 3afa Lahou 3amma salaf ».
Ssi Benkiranne devait donc aborder le problème autrement, courageusement, clairement et honnêtement dans son discours, faisant franchement état du méa-culpa de ses prédécesseurs, en s’efforçant d’expliquer à la population les tenants et les aboutissements de cette affaire super-compliquée. Car, ce ne sont pas ses menaces à peine masquées qui vont arranger les choses, qui vont décider Amendis à revenir sur sa lancée de sangsue suçant le sang des citoyens qui subissent depuis 13 ans le poids d’une gestion imposée. Les factures d’août 2015 ne constituent que la goutte qui a fait déborder un vase plein de dépassements commis en toute liberté et en toute impunité par une société délégataire mal intentionnée qui a su, dès le départ, protéger ses intérêts et ses arrières, profitant de l’ignorance et de la naïveté d’une bande d’individus qui ont signé, les yeux fermés, un cahier de charges astreignantes pour la nation et pour la population.

Les mots prononcés par Benkirane ont été employés à la légère, qualifiant de « fitna » la marche symbolique et pacifique des Tangérois, un terme à forte connotation tendant à politiser une action symbolique garantie par la Constitution.

Les deux illustres visiteurs du dimanche ont opté pour une solution de facilité, demandant à la population tangéroise de ne pas répondre aux appels susceptibles d’entraîner des désordres. Normal et attendu de la part d’une autorité soucieuse du maintien de l’ordre public avec laquelle nous compatissons. Mais qu’offre-t-on en échange à cette population en colère ? Tout simplement une révision de l’ensemble des factures de consommation domestique à compter du mois de juillet 2015, l’adoption d’une procédure de notification du compteur, la distribution des compteurs individuels supplémentaires, la mise en place de «bureaux de réclamations dans toutes les agences d’Amendis, et l’interdiction de priver d’alimentation en eau potable et en électricité les abonnés avant l’envoi préalable de deux avis, avec obligation de ne pas opérer les coupures le vendredi et pendant le weekend.

En somme, des dispositions réchauffées puisque déjà annoncées le 30 octobre par le nouveau maire de la ville.
Ssi Benkirane n’a donc rien apporté de nouveau.

[center][size=14][color=#ff0000]La population tangéroise est mature [/color][/size][/center][center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/societe_tangeroise-amendis.jpg[/img][/center]Cependant, même si Benkirane est passé à côté de la plaque, la population tangéroise est assez mature pour apprécier l’état de gêne du gouve
ement devant une situation qui lui échappe.

La société tangéroise comprendra l’importance du message lui demandant d’ajou
er ses manifestations en attendant les résultats des mesures prises.

Nous avons bien attendu 13 longues années, nous attendrons encore le temps qu’il faudra, en réponse à l’appel du ministère de l’Intérieur qui veut qu’ : « afin que toute cette opération se déroule dans l’efficacité requise et qu’elle atteigne ses objectifs, nous invitions les citoyens à ne pas se laisser entraîner par des appels irresponsables en vue de créer le désordre ».
C’est sage et responsable… ! .[/color][/size][/justify][size=9][color=#ff0000]M. ABOUABDILLAHI [/color][/size][center][size=17][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :