Accueil » Economie » Polémique autour de la nouvelle compagnie maroco-grecque

Polémique autour de la nouvelle compagnie maroco-grecque

Polémique autour de la nouvelle compagnie maroco-grecque
[justify][size=12][color=#000066]Une nouvelle compagnie maritime maroco-grecque, baptisée «African Moroccan Line», serait sur le point de se lancer cette année sur le détroit de Gibraltar.

Codétenue par le groupe bancaire marocain, Banque marocaine du commerce extérieur ([color=#993300]BMCE[/color]) et le groupe maritime grec, « Attica Group », cette compagnie devrait desservir 7 lignes au départ du Maroc, vers l’Espagne, La France et l’Italie.

Deux vieux bateaux auraient été déjà été affrétés : le « Diagoras » d’une capacité de 1 465 passagers et 400 voitures, et le « Venizelos » d’une capacité de 2 500 passagers et 850 voitures.

Si jusque-là, tout paraît normal pour les profanes qui applaudissent même la naissance de cette compagnie venue, à leurs yeux, combler un vide dans la marine marchande marocaine, en matière de transport des passagers, les professionnels du secteur et les observateurs, eux, estiment que beaucoup de questions nécessiteraient réponses de la part du ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rebbah et du Président-directeur général de la BMCE, Othman Benjelloun, au point que l’on se demande, d’abord, à qui des deux profite le plus ce marché?

Ensuite deux autres questions s’imposent pour le moment :
La première serait de savoir comment la nouvelle compagnie est-elle autorisée à affréter deux navires qui ont plus de trente ans d’âge, alors qu’une facilité pareille avait été refusée à une autre compagnie qui en avait formulé la demande l’année passée ? Serait-ce une question de deux poids, deux mesures ?
La deuxième question conce
e les ressources humaines, sachant que la nouvelle compagnie maroco-grecque n’emploiera pas plus d’une vingtaine de salariés marocains, alors que des centaines de marins sont au chômage depuis le «naufrage» des anciennes compagnies maritimes nationales «Comarit-Comanav» et «IMTC».

Quel serait le sort de ces marins qui sont toujours tenus en haleine par des promesses jusque-là non tenues ?[/color][/size][/justify]
[center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :