Accueil » Economie » Deuxième salon de la sous-traitance automobile

Deuxième salon de la sous-traitance automobile

Deuxième salon de la sous-traitance automobile
[color=#999999][size=08]Le 25-04-2016 à 11:05:55 [/size][/color][b][justify][size=10][color=#333333] L'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (Amica), en partenariat avec Tanger free zone (TFZ) et l’association des investisseurs de la Zone franche d’exportation de Tanger ([color=#993300]AIZFET[/color]), a organisé à Tanger Free Zone ([color=#993300]TFZ[/color]), du 20 au 22 avril courant, sa troisième édition du Salon de la sous-traitance automobile, visant à rapprocher des donneurs d'ordre et équipementiers automobiles de leurs sous-traitants marocains.

Ce Salon où étaient représentés les grands constructeurs comme Renault, PSA, Ford et Volkswagen, entre autres, a pris fin hier vendredi, après trois jours d’intenses activités…[/color][/size][/justify][/b][center][color=#3366ff][size=19]***[/size][/color][/center][justify][size=12][color=#000066] La cérémonie inaugurale a été présidée par le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, en présence du wali de la région Tanger-Tétouan, Mohamed Yacoubi, du gouve
eur de la province de Fahs-Anjra, Abdelkhalek Marzouki, du président du Conseil de surveillance de l'agence spéciale Tanger-Méditerranée ([color=#ff0000]TMSA[/color]), Fouad Brini, entre autre autres personnalités,
Avec ses 200 exposants, le troisième salon de la sous-traitance automobile est venu rassurer sur la bonne tenue du secteur, devenu le premier exportateur du pays.

Considéré comme seule scène professionnelle capable de réunir autant de sous-traitants et de prestataires de services de l’industrie automobile, aussi bien au niveau local que national et inte
ational, ce Salon a réuni des professionnels de divers métiers : prestations logistiques, conception et réalisation de machines spéciales, outillages, emballages, moyens de contrôle et fou
itures industrielles, entre autres.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/3.traitance_autombile.jpg[/img][/center]
L’objectif, selon les organisateurs, est de créer une synergie entre les équipementiers et les [color=#ff0000]PME [/color]locales En pleine expansion, l’industrie automobile au Maroc a enregistré un bond de 23% en 2015, avec une capacité de 600.000 unités par an et 50 milliards de dirhams d’exportations réalisées en 2015. Un volume que le département de tutelle espère doubler d’ici 2020. Dès cette année, le secteur prévoit de dépasser la barre des 60 milliards de dirhams en termes d’export. Un exploit qui sera réalisé grâce à la montée en puissance de Renault qui augmente sa production pour atteindre 340.000 unités.

La filière compte au moins [color=#ff0000]170 usines[/color] de toutes tailles et emploie plus de 90.000 salariés, dont l’essentiel est concentré à Tanger qui est en passe de devenir la première cité de l’industrie automobile en Afrique.

D’autres constructeurs sont en contact avec la Maroc, indique le ministère de l’Industrie du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, affirmant : «Nous sommes en discussion avec d’autres constructeurs, mais ce ne sera annoncé qu’une fois les accords signés», dira Moulay Hafid Elalamy, ajoutant que le secteur peut s’attendre, non seulement à un 3e mais aussi à un 4e constructeur.

La sous-traitance automobile comprend toutes les prestations et services destinés aux constructeurs et équipementiers (traitement de surface, maintenance électromécanique, outillage, moule, etc).
Le chiffre d’affaires en sous-traitance est estimé à environ[color=#ff0000] 5 milliards DH[/color]. Malgré ces performances, les organisateurs du Salon estiment qu’il reste beaucoup à faire en prestation de sous-traitance et le salon vient à point nommé pour mettre en évidence l’énorme réservoir d’opportunités d’affaires. Parallèlement, l’écosystème automobile au Maroc enregistre aujourd’hui des investissements annoncés de grande ampleur, favorable aux équipementiers de renom qui se sont installés dans le sillage de l’usine Renault.

Dans une précédente déclaration, le ministre avait indiqué que le Maroc se positionne au premier rang des pays exportateurs de véhicules dans [color=#ff0000]la zone MENA[/color] avec un chiffre d’affaires annuel à l’export de près de 40 milliards de dirhams.

«Ces performances attestent du positionnement affirmé du secteur, qui a pu attirer des acteurs inte
ationaux de référence et drainer des investissements structurants», avait indiqué Elalamy, ajoutant qu’avec le lancement, il y a deux années, du Plan d’accélération industrielle 2014-2020 le Maroc a adopté, pour l’ensemble des secteurs industriels et pour l’automobile en particulier, une approche novatrice consistant à mettre en place des écosystèmes industriels. La mise en œuvre des quatre premiers écosystèmes, qui se déclinent autour des équipementiers automobiles, «permettra d’ici 2020, de multiplier par 2,5 les exportations du secteur, d’augmenter le taux d’intégration locale de 21 points en le faisant passer de 45% à 65%, et de créer plus de 56.000 nouveaux emplois.

Depuis les 10 de
ières années, le secteur a connu un véritable décollage, et est ainsi devenu, sans conteste, le premier secteur exportateur au royaume. Le Maroc a réussi à attirer un tissu d'équipementiers de très haut niveau. Les grands équipementiers et les grandes multinationales sont là. Compte tenu de ces réalisations, il y a encore un potentiel de croissance à exploiter. Aujourd'hui, le secteur a besoin de compétitivité pour se développer. Cette compétitivité se trouve dans tout ce qui est lié à la sous-traitance mais aussi à l'optimisation des coûts et des délais logistiques.

En partenariat avec l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile (AMICA), la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc ([color=#ff0000]CFCIM[/color]) a accompagné des entreprises présentes au salon, à la recherche de nouvelles opportunités pour exporter ou investir au Maroc, sachant que le salon a offert à ses exposants et visiteurs, un programme riche en découvertes et échanges professionnels. De nombreux secteurs d’activités étaient nt au rendez-vous (Logistique, Formations, Calibration des moyens de contrôle, Equipements de protection individuelle Ingénierie, etc.).

Pendant 2 jours, la CFCIM positionnée comme l’expert dans l’accompagnement des entreprises dans leur développement, a organisé des rendez-vous B-to-B sur mesure et des visites de sites industriels pour les entreprises françaises désirant investir et développer des affaires au Maroc.

[center] [color=#999999]*** [/color][/center][center][b][color=#ff0000] L’équipementier français Acome construit une usine à Tanger[/color][/b][/center]L’équipementier automobile français « [color=#ff0000]Acome [/color]» devrait entreprendre incessamment la construction d’une usine à Tanger, la première du genre au Maroc.

L’implantation de cette unité industrielle spécialisée dans les câbles et les fils automobile, s’étalera sur 18.000 m2 et nécessitera un investissement total de 25 millions d’euros, soit environ 260 millions de dirhams.

Ce nouvel équipementier – fou
isseur de l’usine Renault de Tanger, devrait créer, à terme,[color=#ff0000]150 [/color]Emplois directs.[/color][/size][/justify]
[center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :