Accueil » Actualités » Une Mission belge en Visite de prospection à Tanger

Une Mission belge en Visite de prospection à Tanger

Une Mission belge en Visite de prospection à Tanger
[color=#999999][size=10]Le 19-09-2015 à 12:35:51 [/size][/color][b][justify][size=10][color=#333333]Une mission [color=#993300]multisectorielle belg[/color]e qui a séjou
é au Maroc du [color=#993300]13 au 17 [/color]septembre courant, a effectué une visite de prospection à Tanger, avant de se rendre à Rabat et Casablanca.

La délégation belge composée d’une trentaine de responsables d’entreprises implantées dans la région de Bruxelles, s’est rendue compte, à pied d’œuvre, des différentes opportunités d’affaires qu’offre Tanger et sa région dont ils ont apprécié la position en tant que hub et porte d’entrée pour desservir le marché africain. [/color][/size][/justify][/b][center][color=#3366ff][size=19]***[/size][/color][/center][justify][size=12][color=#000066]«Nous sommes venus pour vendre nos services, notre expertise de pointe, dans le cadre du développement des zones stratégiques portuaires, commerciales ou de projets pointus qui se concentrent notamment à Tanger», a affirmé la présidente de la mission belge, Bénédicte Wilders, faisant remarquer que les zones franches au Maroc, en particulier celle de Tanger, constituent «des points d’appui opportuns pour les entreprises désirant conquérir les marchés africains.

Lors d’une rencontre de travail organisée par la Chambre de commerce, d’industrie et des services ([color=#ff0000]CCIS[/color]) de Tanger, le représentant de ladite chambre, [color=#ff0000] Abdelmalik Adiati[/color], a expliqué que les exportations européennes à destination du Maroc se sont chiffrées, en 2014, à [color=#ff0000]18,2 milliards [/color]d’euros. «La Belgique représentait, pendant la même année, la part de 4,5% de l’ensemble de ces exportations (5ème fou
isseur du Maroc au niveau européen), alors qu’elle occupait, en 2014, 5,5% du total des importations européennes en provenance du Royaume (5ème importateur du Maroc au niveau européen)», a-t-il affirmé.

Adiati a mis ensuite l’accent sur les opportunités et les potentialités dont regorge la région Tanger-Tétouan Al Hoceima, considérée comme deuxième pôle économique marocain après Casablanca. L’intervenant a tenu à préciser que le tissu industriel de cette région est composé des industries automobile, aéronautique, textile et cuir, agro-industrie, chimique, mécanique et métallurgique.

«En témoigne Renault Nissan de Tanger, inaugurée en 2012, qui connaît une capacité de production de 400.000 véhicules/an et génère 6.000 emplois directs et 30.000 indirects», a dit Adiati, ajoutant que l’attractivité de cette région se base aussi sur une importante infrastructure. «La région dispose actuellement des zones franches logistiques, des zones industrielles, le complexe portuaire Tanger-Med, le projet de la reconversion de Tanger-ville, le chemin de fer et surtout la ligne de TGV Tanger-Casablanca, l’autoroute reliant Tanger aux autres grandes villes, l’aéroport inte
ational Ibn Battouta et les lignes régulières de ferrys», a souligné M. Adiati.

Les hommes d’affaires belges se sont dits très intéressée par les possibilités de partenariat dans les secteurs liés aux IT (ingénierie des exigences et réalisation des cahiers de charges, architecture organisationnelle et sécurité des systèmes d’information).

Selon Takis Kakayannis, conseiller économique et commercial près l’ambassade de Belgique à Rabat, cette visite avait aussi pour objectifs de trouver des contacts et des collaborations pour monter un programme de formation et d’accompagnement des start-up technologiques à Tanger, afin d’exploiter un potentiel non encore convoité.

A souligner que le volume des échanges entre le Maroc et la Belgique a plus que doublé depuis 1998, passant de 4 à 10 milliards de DH en 2014, mais beaucoup de secteurs restent inexplorés et présentent un potentiel avéré. Le Maroc importait des machines et des produits de l’industrie chimique (médicaments, colorants, peintures…) et exportait les dérivés des phosphates, les fruits et légumes, et le textile.

« Aujourd’hui, de nouveaux secteurs, notamment l’industrie automobile et les services [color=#ff0000]TIC[/color], en particulier les centres d’appels, supplantent le textile et les fruits et légumes » explique M. Kakayannis.

Pour le consul général de Belgique au Maroc, des efforts seront déployés pour aider les entreprises à se positionner sur un marché qui les intéresse de part et d’autre.

D’après les statistiques des officiels belges, une centaine d’entreprises sont installées au Maroc. Du dragage de ports à l’immobilier, en passant par les stations d’épuration d’eau et la fabrication de la levure pour la boulangerie et pâtisserie, les entreprises belges sont présentes dans de nombreux secteurs, qu’elles soient multinationales, grandes PME ou petites affaires familiales. . [/color][/size][/justify][size=9][color=#999999]Photo : oumma[/color][/size][center][size=17][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :