Accueil » Sport » POINT DE PRESSE DE FLORENTINO PEREZ A DISTANCE : « SOIT NOUS FAISONS QUELQUE CHOSE BIENTOT,SOIT PLUSIEURS CLUBS VONT DISPARAITRE.BORDEAUX EN EST L’EXEMPLE »

POINT DE PRESSE DE FLORENTINO PEREZ A DISTANCE : « SOIT NOUS FAISONS QUELQUE CHOSE BIENTOT,SOIT PLUSIEURS CLUBS VONT DISPARAITRE.BORDEAUX EN EST L’EXEMPLE »

Est-il vrai que la Super League est un projet mort-né ?C’est la question qui se pose dans les milieux footballistiques  du monde entier. Le président  de la réforme Florentino Perez a donné un point de presse  à distance avec la          technique vidéo pour expliquer où en est vraiment la situation et démentir le départ de dix fondateurs.

 

 Le projet de Super League

 

Q- Vous avez dit que le projet de la Super League n’était pas mort, qu’il avançait. À quel point est-ce?  

R-La société existe et les partenaires qui composent la Super League aussi. Ce que nous avons fait, c’est de nous donner quelques semaines pour réfléchir à la virulence avec laquelle certaines personnes qui ne veulent pas perdre leurs privilèges ont manipulé le projet. « Les menaces de Ceferin vont à l’encontre de la libre concurrence,c’est quelque chose de très grave.

QRegrettez-vous d’avoir lancé la Super League et la manière dont elle a été faite?

« Non, parce que même si cela avait été fait d’une manière ou d’une autre, la réaction de ces quelques privilégiés aurait été la même. Déjà en janvier, le président de l’UEFA a lancé des avertissements sévères à la Super League. Nous voulions discuter des détails avec l’UEFA, mais elle n’a même pas donné le temps. Une opération orchestrée et manipulée a été organisée, comme je ne l’ai jamais connue.  Nous avons été obligés de nous adresser au tribunal, qui a émis une mise en garde qui dit tout. Il ordonne à l’UEFA et à la FIFA, ainsi qu’aux ligues et fédérations nationales, de s’abstenir d’adopter toute mesure ou action, déclaration ou communication qui empêcherait la préparation de la Super League. À mon avis, cette décision met fin au monopole de l’UEFA. Les menaces de son président sont des actes qui vont à l’encontre de la libre concurrence dans l’Union européenne, et c’est quelque chose de très grave. Le football est gravement blessé, nous devons nous adapter à ce que nous vivons .

Q-Les principales critiques contre la Super League sont la conséquence d’une peur d’un possible boycottage à l’encontre des championnats nationaux . Qu’en pensez-vous?       

R-Ce n’est pas vrai, mais tout a été manipulé. Ce n’est pas un plan exclusif  contre les ligues. Le projet Super League est le meilleur possible et a été fait pour aider le football à sortir de la crise. Le football est gravement touché car son économie s’effondre et nous devons nous adapter à l’époque dans laquelle nous vivons. La Super League ne va pas contre les championnats nationaux et vise à obtenir plus d’argent pour tout le football. Quant à  la nouvelle réforme de l’UEFA ,je pense sincèrement qu’elle n’apportera pas  de solution au problème parce que ce qui a été présenté n’est même pas meilleur que ce qu’il y a. Et en plus, nous ne pouvons pas attendre 2024. Les jeunes, entre 14 et 24 ans, abandonnent le football parce qu’il les ennuie devant d’autres divertissements qu’ils préfèrent. Il y a 4 000 millions de fans de football dans le monde et la moitié d’entre eux sont des fans de clubs de Super League. Le football est le seul sport mondial.

 

                                               

   Les revenus des clubs

 

Q-Comment se présente la situation des clubs actuellement ?                                                                  

R-Les douze de la Super League ont perdu 650 millions euros en seulement trois mois à cause de la pandémie . L’économie est si mauvaise pour vous dire que la situation est très grave, que le football est en train de mourir . Passons aux données: le rapport du conseil de KPMG, seulement dans les trois mois de pandémie de la saison dernière, a montré les pertes des douze clubs de Super League pour 650 millions d’euros. Cette année, avec la pleine saison des pandémies, les pertes se situeront entre 2 000 et 2 500 millions d’euros. L’exemple de Bordeaux qui vient de faire faillite donne beaucoup à réfléchir . Soit nous faisons quelque chose bientôt, soit beaucoup de clubs vont fermer leurs portes.

Q-Votre projet propose une solution simple pour obtenir plus de revenus: élever le niveau des matchs en compétition et en excitation. Comment cela peut-il être fait sans que les équipes modestes ne se sentent lésées?

R-La réalité est que s’il y a des matches plus intéressants et compétitifs, plus d’argent ira au football. Et ce sera pour tout le monde, pas seulement pour quelques-uns, car les ligues nationales valent bien plus. Et nous avons également des montants importants pour la solidarité, qui est un pilier très important du projet.

Q-Avec le soutien de la télévision ?                                                                                                                         

R- Bien sûr car il ne peut y avoir de réussite du projet sans le concours de la télévision et de ses ressources. Nous travaillons sur ce projet depuis trois ans et nous l’avons bien étudié. Le plan est conçu pour regagner l’intérêt des fans, et cela rapportera plus d’argent à tout le monde: grands, moyens et petits clubs. L’idée est d’avoir plus de grands matchs, avec plus de compétition et d’émotion.  La clé est de récupérer l’intérêt des fans, pour lesquels il y a plus de matches entre Messi et Cristiano : ceux de maintenant et ceux qui viennent plus tard. Le Madrid-Barça a arrêté le monde. Tout l’argent que cela génère affecte toutes les ligues et tous les clubs.

 

                        Le groupe des 12 et la Banque américaine

 

Q– Pourquoi pensez-vous que le Bayern et le PSG n’ont pas pris le train en marche de la Super League?                                                                                                                                       

R-Pour des raisons différentes, le Bayern et le PSG n’ont pas figuré parmi le groupe des 12 fondateurs qui travaillait et fonctionnait depuis de nombreuses années. Mais ils devaient tous les deux être invités à la Super League.

Q-Si les informations sont bonnes, les douze de la Super League ont non seulement signé un contrat contraignant, mais ils ne peuvent abandonner le projet avant 2025 à moins de payer des centaines de millions d’euros de pénalités. C’est correct?

R-Je ne vais pas expliquer ce qu’est un contrat contraignant maintenant. Mais une chose est certaine : les clubs ne peuvent pas sortir. Certains, sous pression, ont dû dire qu’ils partaient. Mais ce projet ou un autre très similaire ira de l’avant.

Q-Est-ce que JP Morgan, la banque qui finance le projet de la Super League, est descendu du train?

R-Ce n’est pas vrai. Il y a eu un temps de réflexion, comme dans les douze clubs. Si quelque chose doit être changé, ce sera fait, mais la Super League est le meilleur projet que nous ayons pensé pouvoir faire.

 

                                 

    La solution du problème

 

Q – Quand pensez-vous que la Super League pourra commencer, si elle le peut?                                                   

 R- Il faut le faire le plus vite possible, mais il faut d’abord expliquer le projet aux gens de bonne foi, qui ont été manipulés par ceux qui n’avaient d’autre objectif que de défendre leurs privilèges. Peut-être pensent-ils que cela va être bon pour eux, mais ils se trompent. Dans l’Europe démocratique dans laquelle nous vivons, personne ne peut penser à cela.                                       Q-Que trouvez-vous le plus inquiétant: que les douze clubs fondateurs de la Super League vont avoir estimé les pertes dues à la pandémie à environ deux milliards d’euros  ou que près de la moitié des jeunes entre 14 et 24 ans vont perdre leur intérêt pour le football?                                                                                                                                               R-Les deux choses sont tout aussi troublantes. C’est pourquoi des solutions doivent être recherchées. C’est pour cela que la Super League a été conçue. Que le fair-play financier soit strict et fonctionne, pour concurrencer sur un pied d’égalité

Q- La solution pour l’avenir du football est la recherche de plus de revenus? N’avez-vous pas envisagé un ajustement des dépenses, des plafonds salariaux …?

R-Le Real a baissé les salaires de ses footballeurs de 10 pour cent et a supprimé les primes des titres obtenus. Maintenant, il est difficile voire impossible pour les clubs de faire de grandes acquisitions pour renforcer leur effectif joueurs. Il n’y  plus d’argent.

QVous soutenez que la viabilité économique du football passe par la Super League, par une compétition qui favorise la compétitivité. Mais le Real est en train de faire une réforme monumentale du stade. L’Atlético en a fait de même .  … Bref, comment expliquez-vous cela ? N’est-ce pas contradictoire?

R-Les deux travaux ont commencé avant l’arrivée de la pandémie, et personne ne savait qu’elle allait venir. Mais, en plus, l’Atlético est parvenu à un bon accord avec le conseil municipal. Et le Real Madrid a financé la réforme du Santiago Bernabéu pendant trente ans avec des conditions spectaculaires. Les « socios » ont approuvé le projet des travaux du stade  lesquels généreront des revenus annuels compris entre 150 et 200 millions d’euros. Ce qui sera très rentable.

 

 

À propos Romaisae

x

Check Also

Tanger prépare ses plages pour l’été

La saison estivale sera ouverte  du 1er juin au 15 septembre 2021, dans la préfecture ...

Le cerveau de votre enfant par le Dr Daniel J.Siegel et Tina Payne Bryson

Voilà un très bon livre de vulgarisation sur les différents moyens d’aider son enfant à ...

Interview exclusive sur Le Cannabis à usage médical

En marge des travaux du 1er Congrès sur le cannabis, tenu du 20 au 22 ...

%d blogueurs aiment cette page :