Le Gouvernement sur la Sellette

Le gouve
ement sur la sellette
04-07-2018 à 11:07:10
L'épisode Daoudi et son départ peu glorieux viennent couronner une séquence de boycott qui a montré un gouve
ement dépassé et incapable de gérer la situation sociale et économique.

A aucun moment, le gouve
ement ne semble avoir pris la mesure du malaise social que le boycott révèle. Il n’a pas réalisé qu’il y a une opinion publique et que dans ce genre de situations, il faut la réactivité, la crédibilité et des mesures concrètes.

Le gouve
ement est apparu totalement décalé par rapport à ce mouvement. Jamais le mouvement de boycott n’aurait pris cette ampleur s’il n’y avait pas un profond malaise social sous-jacent, accompagné d’un sentiment d’inégalité des chances et d’injustice sociale. C’est l’élément principal autour duquel toute la réaction du gouve
ement aurait dû être construite. Mais cela n’a pas été le cas.

Le boycott est un cri de détresse de la part d’une partie des Marocains qui n’ont trouvé aucun autre moyen de se faire entendre.

Il est inutile de s’interroger sur l’identité de ceux qui ont initié le boycott ou sur leurs motivations. Le cœur du mouvement aujourd’hui, le moteur, c’est la demande sociale.
L’opinion publique a l’impression de ne pas être prise en compte. Il ne s’agit pas de dire que le coût de la vie est trop élevé ou est en hausse permanente. Ce n’est pas une question de mesure statistique. Non, c’est une question de perception.

Une bonne partie de l’opinion a l’impression de ne pas compter aux yeux de ceux qui décident. On n'a pas besoin de sondage pour se rendre compte à quel point la confiance entre l'opinion et le gouve
ement est compromise.
L'opinion a l'impression que le gouve
ement vit dans sa bulle. C'est comme s'il y avait deux mondes parallèles: un monde de la vie quotidienne du commun des mortels et un autre, celui des décideurs. Le nouveau modèle économique par exemple, a fait l'objet d'envolées verbales mais rien de concret.

L'opinion demande de l'écoute, de la compréhension, des actes.
Les actes, ce n'est pas compliqué. Mais il faut agir vite, montrer qu'on a bien saisi le message. Améliorer le revenu disponible par une baisse des prélèvements fiscaux n'est pas difficile ni compliqué. Agir rapidement sur la qualité de l'enseignement mais également sur le coût extrêmement élevé de l'enseignement privé. Continuer à améliorer la santé publique. Il est possible d'agir vite si on a réellement un sentiment d'urgence, si on a réellement de l'empathie pour ses concitoyens.

C'est là que réside le message principal du boycott. Une protestation sociale qui a utilisé ce moyen pour s'exprimer. Ce boycott atypique est un mouvement historique et jamais plus les choses ne seront comme avant. .. Ph : DR

À propos admin

x

Check Also

46ème édition de StartUp Maroc Roadshow

Les femmes entrepreneurs à l’honneur à Tanger La 46ème édition de qui a démarré jeudi ...

Port Tanger-Ville: Vers la réalisation d’un parc de loisirs

La Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger Ville (SAPT) vient ...

Les nouvelles capacités du complexe portuaire Tanger Med II

Le complexe portuaire Tanger Med situé à la croisée des grandes routes maritimes, à l’entrée ...

Aller à la barre d’outils