Accueil » Actualités » La CEDEAO accepte l’admission du Maroc

La CEDEAO accepte l’admission du Maroc

La CEDEAO accepte l'admission du Maroc
[color=#999999][size=09] Le 12-06-2017 à 14:05:24[/size][/color][b][justify][size=12][color=#000000]La [color=#993300]51ème[/color] session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouve
ement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ([color=#993300]CEDEAO[/color]), réunie dimanche de
ier à Monrovia, a accepté la demande d'adhésion du Maroc. Le Roi Mohammed VI est invité au prochain sommet qui aura lieu au Togo.

A l’ordre du jour de la de
ière réunion, figurait comme premier point de l’ordre du jour, l’examen de la demande d’adhésion à part entière du Maroc à cette organisation régionale.

Rappelons qu’en février de
ier, soit juste après le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, le Royaume a informé Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia et présidente en exercice de la CEDEAO, de sa volonté d’adhérer à cet ensemble régional en tant que membre à part entière.Le sommet a chargé la commission de la CEDEAO d’examiner les implications d’une telle adhésion conformément aux dispositions du traité révisé et de soumettre les résultats à sa prochaine session.

Pour le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita qui a conduit la délégation marocaine à Monrovia, « Il s’agit d’une décision très importante par laquelle les pays membres de la CEDEAO ont lancé trois messages importants, à savoir leur accord de principe sur l’adhésion du Maroc à cette organisation, la reconnaissance des liens forts et multidimensionnels unissant le Royaume et les pays de la CEDEAO et, en particulier, l’invitation adressée à SM le Roi pour prendre part au prochain sommet de cette organisation »

« Avec cette décision, la phase politique dans laquelle les chefs d’Etat et de gouve
ement de la CEDEAO ont déclaré politiquement qu’ils sont favorables à cette adhésion, vient d’être achevée », explique le ministre, précisant que la prochaine étape est juridique, et au cours de laquelle la commission doit examiner les dispositions juridiques à adapter pour rendre cette adhésion effective, et le Maroc entreprendra, de son côté, un travail juridique par rapport aux textes fondateurs de la CEDEAO.

La troisième étape conce
ant l’aspect technique, permettra, quant à elle par la suite, de négocier les différents secteurs et domaines qui constituent l’acquis de la CEDEAO, indique Bourita rappelant que le Souverain a effectué plus de 25 visites dans les pays de la CEDEAO depuis 2001, au cours desquels plus de 600 accords ont été signés avec les pays de la CEDEAO. Le ministre souligne qu’au niveau économique, le Maroc est aujourd’hui le premier investisseur dans cette région avec presque les deux tiers des investissements étrangers extérieurs du Maroc qui se concentrent dans cette région.

Au niveau de la coopération sécuritaire, militaire et des liens humains, a-t-il poursuivi, cette décision vient conforter cet investissement et ces liens entre le Maroc et les pays de la CEDEAO et ouvre une nouvelle perspective pour la coopération entre les deux parties.
Malgré l’existence de liens forts entre le Maroc et les 15 pays de la CEDEAO, le commerce entre les deux parties reste faible, le volume est inférieur à un milliard de dollars par an, moins de 4% des exportations du Maroc et moins de 2% de ses échanges globaux.

Les discussions techniques porteront notamment sur les convergences réglementaires. La CEDEAO est en effet un ensemble très intégré et le Maroc est plutôt dans une situation de convergence avec l’Europe…[/color][/size][/justify][/b]

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :