Accueil » Région & La ville » « jihadistes » actifs dans le nord du Maroc

« jihadistes » actifs dans le nord du Maroc

Il a été procédé, samedi, au démantèlement d’une cellule “jihadiste” active dans les villes suivantes du nord du royaume : Nador, Tétouan, Al Hoceima, Taza, Fès, mais aussi à Marrakech. Le chef de cette organisation avait servi au sein de l’armée e
Le 02-03-2015 à 11:41:37

Dans un communiqué du ministère de l’Intérieur, on annonce que les membres de cette cellule auraient projeté de mener des activités criminelles, comme le vol avec violence sous prétexte de ce qu’on appelle « Al ghanima » (le butin), dans la perspective de perpétrer des actions armées ignobles.

« Les mis en cause seront déférés devant la justice au terme des enquêtes menées sous la supervision du Parquet général compétent » conclut le communiqué.

Ce coup de filet est le deuxième du genre en moins d’un mois, le premier démantelé le 2 janvier, conce
ait une autre cellule terroriste qui planifiait l’envoi de combattants en Syrie.

L’accroissement du nombre de Marocains partis faire le djihad en Syrie ou au Mali et dont le nombre pourrait avoisiner le millier constitue une source d’inquiétude pour les autorités qui redoutent le retour au pays de ces « djihadistes » imprégnés d’une idéologie radicale et formés au maniement des armes et des explosifs.

A souligner que les investigations de la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ) ont permis d’identifier 40 jeunes Marocains envoyés depuis le mois d’avril 2012 au Mali, afin de participer au “jihad”, au sein des factions liées à Al-Qaïda, et à son allié, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).
Ce pays de l’Afrique de l’Ouest est en effet devenu le nouveau théâtre des opérations des groupes islamistes, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Le Maroc semble donc déterminé à lutter contre la sanctuarisation de l’extrémisme djihadiste sur son territoire. La politique sécuritaire préventive adoptée par les autorités est aujourd’hui sans concession. Une position dictée par la prolifération des «cellules terroristes» au cours des de
iers mois. Ceci d’autant plus qu’en septembre de
ier, le Maroc a été la cible d’une vidéo inédite de l’AQMI, dans laquelle cette organisation appelait au jihad.

Source D’image :europe1

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :