Accueil » Sport » HASSAN AJENOUI UN GRAND CADRE TANGEROIS DE FOOTBALL

HASSAN AJENOUI UN GRAND CADRE TANGEROIS DE FOOTBALL

HASSAN AJENOUI UN GRAND CADRE TANGEROIS DE FOOTBALL
[size=8][color=#999999] Le 22-12-2015 à 13:17:51 [/color][/size][justify][size=12][justify] Hassan Ajenoui a beaucoup donné au football marocain et surtout au football de sa ville natale Tanger,la ville qu’il adore. Ancien joueur de la RST, du FUS et ancien entraineur de l’IRT et de Salé avant d’être désigné par la FRMF comme sélectionneur national adjoint. Au Portugal, il a complété sa formation à la suite d’études approfondies et surtout des stages pratiques avec les meilleurs directeurs techniques européens. Il a aussi dirigé des clubs au Qatar et aux Emirats arabes avant d’être choisi comme sélectionneur national de l’équipe nationale Qatarie. Nous lui donnons la parole pour expliquer sa formation et ses perspectives d’avenir :

[color=#993300]Q – Les entraineurs marocains poursuivent des études et des stages pour obtenir la licence CAF. Mais Hassan Ajenoui a suivi une autre voie qui est celle de l’UEFA. Pourquoi ? [/color]
R – Simplement parce que j’ai choisi l’école portugaise pour avoir entrainé au Portugal où je suis passé par toutes les étapes de la carrière : licences A, B, C, D jusqu’à la licence UEFA pro.

[color=#993300]Q – Pourriez-vous nous expliquer ce qu’elles valent en Europe .[/color]
R – Si la licence CAF est délivrée par la Confédération Africaine de Football, la licence UEFA est un diplôme de l’Union Européenne de football. Maintenant, grâce à mon travail, ma persévérance et ma volonté, avec ce diplôme, je pourrais diriger n’importe quel club européen.

[color=#993300]Q – Pour les sélections, y a-t-il un autre diplôme d’un niveau plus élevé [/color]
R – Non, la licence UEFA est la fin de carrière de tout entraineur. Le reste c’est l’expérience acquise.

[color=#993300]Q – Quel est votre parcours au Maroc comme joueur footballeur . [/color]
R – J’étais joueur d’abord à l’IRT puis au FUS. Ce sont les deux clubs de ma vie.

[color=#993300]Q –Et celui comme entraineur [/color]
R – J’ai travaillé à l’IRT comme entraineur adjoint en première division durant plusieurs saisons avant d’être désigné entraineur. J’ai dirigé aussi l’AS de Salé. Au Golfe, aux Emirats et au Qatar, j’étais l’adjoint de l’Allemand Uli Stilike, ex joueur du Real Madrid, aux clubs de Arabi et Seliya 2008-2011. De 2011-2014, j’étais le sélectionneur national de l’équipe féminine du Qatar. Avec les filles qataries, nous avons remporté plusieurs titres : la Coupe d’Asie, le Tou
oi Amman, le Tou
oi Assadaka de Palestine. Notre sélection était la première à visiter Al Kods dans l’Histoire du football palestinien.

[color=#993300]Q – Votre souvenir de l’équipe nationale marocaine L’avez-vous toujours [/color]
R – Bien sûr ! Etre désigné par la FRMF comme adjoint du brésilien Nuñez à la tête de Maroc A est un orgueil pour tout marocain qui aime son pays. C’était une intéressante et riche expérience.

[color=#993300]Q – Ne pensez-vous pas retou
er un jour à la direction technique marocaine [/color]
R – Tant qu’il y a la vie, il y a l’espoir. C’est un rêve pour moi. Mais, je crois que pour le moment c’est difficile du fait que tous les postes d’encadreurs sont bien occupés par des techniciens marocains compétents.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/hassan.sport2015.jpg[/img][/center]
[color=#993300]Q – Depuis votre départ du Maroc, avez-vous suivi de près le football marocain . [/color]
R – Tout entraineur doit suivre le football dans le monde. Pour enrichir ma documentation, j’ai une multitude de cassettes vidéo des matches des championnats du monde entier sans toutefois oublier de voir le football en direct en particulier des coupes européennes, de la Liga, de la Premier league et de notre Botola.

[color=#993300]Q – A propos de la Botola, où en est le football marocain d’après vous [/color]
R – En toute franchise, je suis surpris de constater qu’il existe énormément de progrès surtout sur le plan de l’infrastructure sportive et de la logistique. J’en suis réjoui.

[color=#993300]Q – Comment trouvez-vous les nouveaux stades . [/color]
R- Des « bijoux » en toute sincérité. J’ai beaucoup apprécié les de
iers complexes sportifs de Marrakech, d’Agadir et de Tanger.

[color=#993300]Q – En tant qu’entraineur, quel club modèle suggérez-vous aux formations marocaines : le Real, Barcelone, Bayer, Benfica ou Porto [/color]
R – Pourquoi aller loin quand le club modèle existe au Maroc. Je pense que le MAT de Tétouan est l’exemple à suivre. La formation nordiste est la meilleure manière d’expliquer comment doit être le football marocain. C’est une petite équipe mais qui joue un football fantastique. Quand un club est bien géré, son entraineur est à l’aise : ce qui explique la réussite des techniciens tétouanais.

[color=#993300]Q – Et la sélection de Badou Zaki [/color]
R– Elle est sur la bonne voie et exige la patience des responsables.

[color=#993300]Q – Les perspectives d’avenir de Hassan Ajenoui ? [/color]
R-Je viens de décider de rester à Tanger pour m’occuper de mon école de football un projet qui m’a couté beaucoup de sacrifices.! [/justify][/size][/justify][center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Covid 19: Amélioration de la situation épidémiologique à Tanger..

Depuis quelque temps, la situation épidémiologique s’améliore nettement à Tanger dont la population a longtemps ...

Emouvant Hommage posthume à la mémoire de l’Ange Adnan..

                                par Habiba Touzani Idrissi Papa, Maman, Ne me cherchez plus . Ce soir ...

Transport touristique :Les professionnels dans la tourmente

Entre le manque de visibilité, le risque de faillite, les crédits et les assurances…, les ...

%d blogueurs aiment cette page :