Accueil » Actualités » Covid 19 La campagne vaccinale sera-t-elle interrompue, faute de vaccins ?

Covid 19 La campagne vaccinale sera-t-elle interrompue, faute de vaccins ?

Depuis son démarrage au Maroc, à la mi-décembre 2020, la campagne de vaccin contre le Covid 19 a fonctionné non-stop, grâce à une impeccable organisation qui a forcé l’admiration à l’intérieur du royaume comme à l’étranger, voire à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
C’est, pour nous, une occasion de rendre un vibrant hommage aux autorités et au personnel sanitaire dans toutes ses composantes, ainsi qu’aux autorités de l’ordre qui veillent au bon déroulement des opérations vaccinales.
Sur une population globale de 36 millions de personnes, le programme national de vaccination cible 33,6% constitués de personnes âgées de 18 ans et plus, soit 80% de la population, en plus des résidents étrangers au Maroc.
Pour ce faire, le Royaume a commandé, plusieurs mois à l’avance,  25 millions de doses du vaccin AstraZeneca et 40 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm.
Sur ces commandes, le royaume a reçu jusqu’à présent  8,5 millions de doses, dont 7 millions d’Astra Zeneca,  livrés par l’Inde et 1,5 million de Sinopharm livrés par la Chine.
A ce jour, lundi  22 mars 2021, ce sont  4.264.761 personnes qui ont reçu la première dose du vaccin, et 2.516.742 qui ont reçu la deuxième dose.
Aujourd’hui, avec seulement  un reliquat d’une centaine de milliers de doses dans ses frigos, le Maroc a de quoi tenir encore quelques jours, alors que la menace d’une rupture de vaccins au niveau mondial se précise de plus en plus.
En effet, les nouvelles provenant de l’étranger ne sont pas réjouissantes : l’agence de presse  Reuters annonce que les livraisons des vaccins  AstraZeneca destinées au Maroc, au Brésil et à l’Arabie Saoudite seront retardées à cause de protestations en Inde où des voix s’élèvent pour dénoncer la livraison abondante  de doses à l’étranger, au mépris de la population locale devant être vaccinée.
A ce jour, le gouvernement indien a vacciné 39 millions de personnes et vise à administrer 600 millions de doses en sept mois, soit environ 85 millions de doses par mois,  d’où l’une des causes du retard de livraisons des vaccins au Maroc parmi d’autres pays.
D’une manière générale, la situation est tendue de par le monde où les besoins en doses de vaccin dépassent de loin la production.
Quelle sera donc  la suite des évènements ?
Les autorités marocaines s’attachent, à tous les niveaux, à dépasser cette pénurie survenue alors que la campagne vaccinale atteint, à peine, la tranche d’âge des 60-50 ans.
Dès lors, le Maroc s’est vu dans l’obligation de  diversifier  ses sources d’approvisionnement en doses de vaccin.
Cela a commencé par la commande d’un million de doses de Sputnik V russe, et d’une certaine  quantité de doses du vaccin américain, Johnson&Johnson, mais sans aucune visibilité concernant la date de livraison des deux commandes.
Par contre, on annonce la livraison, pour le 30 mars courant, de 2 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm.
Cet arrivage devrait permettre au Royaume de maintenir son rythme élevé de vaccination de la population.
L’arrivage attendu de ces 2 millions de doses du vaccin chinois porterait ainsi le total des doses reçues par le Royaume à 10,5 millions, dont 3,5 millions de Sinopharm.
Toutefois, il ne faudrait pas écarter  l’éventualité de suspendre, pour l’heure, les rendez-vous dans le système de réservation national pour le mois d’avril, avec l’option stricte de ne pas prendre de réservation pour les moins de 50 ans qui devraient patienter un peu plus tard que le mois sacré de Ramadan.

À propos Romaisae

x

Check Also

Covid-19: Mesures restrictives au lendemain de l’Aïd Al Adha..

Compte tenu de la surprenante hausse du nombre de contaminations et de décès enregistrés ces ...

Action sociale Fondation Microcrédit du Nord..

Assurer la pérennité de l’institution   Dans une récente édition, nous avions rapporté que « La ...

Défis transformationnels… pour développer «  l’humain » dans monde du travail de demain..2 ème partie 

Défis transformationnels  Deux académies font le pont entre la Belgique et le Maroc pour développer ...

%d blogueurs aiment cette page :