Accueil » Région & La ville » Un pédophile français devant le parquet à Tanger

Un pédophile français devant le parquet à Tanger

Un ressortissant français, arrêté en flagrant délit d’actes pédophiles, le 14 mai dernier à Tanger, a été déféré devant le Parquet qui a ordonné sa mise sous mandat de dépôt.
Répondant aux initiales de L.R., ce ressortissant français, arrêté à Tanger en flagrant délit d’actes pédophiles sur un adolescent, a été déféré devant le Parquet de la ville deux jours plus tard.
Le prévenu, né en 1966, a été mis sous mandat de dépôt sur ordre du procureur, qui a décidé de le poursuivre pour «actes de pédophilie et attentat à la pudeur sur mineur».
L’homme a été incarcéré dans la prison locale de Tanger.
Rappelons que le 14 mai, des éléments de la police judiciaire, alertés par des voisins, ont interpellé L.R. dans un apprtement qu’il avait loué à rue Al Antaki.
Il se trouvait en compagnie de A.K.,un mineur né en janvier 2006 à Chefchaouen, qui a avoué aux enquêteurs avoir accompagné le ressortissant français, de son plein gré, pour un acte sexuel rémunéré.
Placé en garde à vue, le prévenu a également reconnu ces faits.
Le mineur, sur ordre du procureur, a été remis à ses parents.
Selon les premiers éléments de l’enquête, on en sait désormais un peu plus sur ce présumé pédophile français qui n’en est pas à son premier séjour au Maroc, et en particulier à Tanger.
Cet homme a déjà eu affaire aux autorités marocaines en mars 2017, mais pour une histoire de « Requins ».
A cette période, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Madrid à partir de l’aéroport Tanger-Ibn Battouta, les douaniers avaient saisi dans ses bagages trois mâchoires de requins (requins mako, ou requins-taupes bleus, les plus rapides de ces squales).
Il avait déclaré qu’il avait acquis ces mâchoires auprès d’un bazariste tangérois pour la somme de 100 euros.
Il s’en était sorti avec une amende, dont il s’était acquitté au profit de la Délégation régionale des Eaux et forêts.
Sauf que cette fois-ci, étant donné les lourdes charges retenues contre lui, le prévenu devra payer d’une partie de sa vie et non de sa bourse.

À propos admin1

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Veille de  l’Aïd Al Adha: Le gouvernement sème la panique

Dimanche 26 juillet 2020. Fin d’après-midi. A cette heure, des milliers d’estivants reviennent des plages ...

Covid 19 :Arrêt des usines de Tanger jusqu’au 12 août

Face à la multiplication effrénée de nouveaux cas de Covid 19 à Tanger, les industriels ...

Propagation du Covid 19 à Tanger

Propagation du Covid 19 à Tanger Les absurdités de certaines critiques déplacées Il existe un ...

%d blogueurs aiment cette page :