Accueil » Art & Culture » Poisson d’or de J.M.G.Le Clézio

Poisson d’or de J.M.G.Le Clézio

Poisson d’or de J.M.G.Le Clézio
[size=8][color=#999999]Le 19-02-2016 à 11:12:08 [/color][/size][justify][size=12][justify] Un conte pour les grands !
Le poisson d'or englué dans les filets de ce monde aussi dangereux qu'un océan, c'est Laïla. Petite fille, elle a été volée à sa tribu des Ouled Halil, le peuple au croissant de lune, qui vit dans le sud marocain, dans la région de Foum Zguid. Vendue à une vieille dame, Lalla Asma, pour qui elle travaille et qui devient à la fois sa maîtresse et sa grand-mère, elle va faire son apprentissage dans la grande ville, ayant tout oublié de son enfance. Seul souvenir, celui du rapt brutal, violent, inattendu, un grand sac qui se referme sur elle et le cri déchirant d'un oiseau noir qui marque le moment décisif de son existence où elle a été dépossédée de son identité. Car c'est cela l'histoire de Laila. A travers toutes ses aventures, ses tribulations, ses exils en France ou aux Etats-Unis, où elle commence à découvrir la littérature française: Zola, Flaubert, Hugo, mais aussi Camus, Cendrars et bien d’autres encore.

Nous percevons le sort des sans-papiers, des immigrés d’aujourd’hui, sous un autre angle, peut-être beaucoup plus profond que celui de la révolte brute. Ce livre nous fait toucher du doigt une des facettes de la condition humaine, celle de l’exil ou plutôt de la fuite en avant. Je ne me sens pas ancré dans une terre, alors je pars, je voyage et je reviens au point de départ avec la certitude que mon pays est bien celui que j’ai quitté.

Et puis, le voyage se termine, c’est le retour au Maroc, et la certitude enfin que : ‘Je n’ai plus besoin d’aller plus loin. Maintenant je sais que je suis enfin arrivée au bout de mon voyage. C’est ici, et nulle part ailleurs. La rue blanche comme le sel, les murs immobiles… Ici en posant ma main sur la poussière du désert, je touche la terre où je suis née, je touche la main de ma mère’.
Il y a dans le livre une conclusion plus belle encore, mais je vous laisse la découvrir.

[center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/clzio.jpg[/img][/center][b] Bonne lecture ! [/b].[/justify][/size][/justify] [size=9][color=#999999]Par : Meryem Cherradi[/color][/size][center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :