.:: Le Journal De Tanger  News ::.
Dernières nouvelles :

3 plages déconseillées à la baignade

3 plages déconseillées  à la baignade

06-07-2018 à 17:02:31

Selon le rapport national relatif à la qualité hygiénique des plages marocaines (édition 2018),, le taux de conformité des eaux de baignade aux normes de qualité microbiologique a atteint 97,92%.

Ainsi, 423 stations ont été déclarées de qualité microbiologique conforme aux exigences de ces normes, contre 9 stations (soit 2,08 %) déclarées non conformes pour la baignade, dont trois dans la wilaya de Tanger, à savoir celles de Ksar Sghir, Jbilat et Assilah, subissant l’influence des rejets d’eaux usées, l’insuffisance d’infrastructures d’hygiène ou une forte concentration de baigneurs.

Le rapport recommande la dépollution des cours d’eau qui débouchent au niveau des plages signalées, par la suppression des eaux usées qui y sont déversées, la rationalisation de l’utilisation des produits fertilisants et phytosanitaires, et la mise en place des objectifs de qualité des eaux de baignade à atteindre sur différents horizons temporels, en tenant compte des stratégies de développement touristique, urbanistique et industriel.

Concernant particulièrement Jbilet qui est considérée comme l’une des plages les plus polluées du royaume et constituant une véritable catastrophe écologique et un danger pour les estivants, le secrétariat d'État chargé du Développement durable l’a classée comme l’une des plages les plus polluées au Maroc.

Jbilet située non loin d’Achakar, connaît un énorme flux des eaux polluantes déversées par les usines de la zone industrielle de Gzenaya.

Les cadavres d’oiseaux jonchent la plage, l’odeur est nauséabonde, les sables sont trop sales… En somme tous les ingrédients d’une catastrophe écologique, avec tout ce que cela représente comme danger sur l’homme, la faune et la flore.

L’an dernier, le maire de Tanger, Bachir Abdellaoui, avait pourtant promis de «nettoyer» cette plage en 10 jours. Lors d’une rencontre avec des responsables du conseil de la ville et des représentants de la société délégataire en charge de l’assainissement liquide et de la distribution d'eau et d'électricité, Amendis, le maire avait exprimé son regret quant à cet état de choses. Mais ses promesses mirifiques sont restées lettre morte… !

Ph : DR




Partager ceci :
رابط مختصر للمقالة تجده هنا
https://www.lejournaldetanger.com/news3114.html
التعليقات
Add comment