.:: Le Journal De Tanger  News ::.
Dernières nouvelles :

Le CRT-TTA ferme ses portes à la presse locale ..

Le CRT-TTA  ferme ses portes à la presse locale ..

28-06-2018 à 11:34:34

« Fini les gueuletons au profit de la presse locale dont nous n’avons plus besoin ! ».
Ces propos auraient été proférés dans une crise de colère, par le directeur du Conseil régional du Tourisme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Si Abdelghani Ragala.

Dès lors, on serait tenté de savoir ce qui a bien pu mettre dans cet état d’âme le sieur directeur Ragala.
On apprendra ainsi que c’est un article paru dans un hebdomadaire local sous le titre « La colère du wali et la harira du CRT-TTA » qui aurait provoqué l’ire du directeur qui est aussi le porte-parole du conseil auquel toutes les tâches sont attribuées, y compris celles du président.

Nous reproduisons ci-après la conclusion « assassine » qui aurait déplu à M. Abdelghani Ragala, à propos du plan d’action présenté par le CRT-TTA pour l’exercice 2018, au cours d’un récent ftour-débat ramadanesque :
« Un plan qui ressemble beaucoup à celui de 2017 et de 2016. Preuve encore que le CRT Tanger Tétouan Al Hoceima est devenu une coquille vide ! », a écrit le journal..

Sans vouloir entrer dans cette polémique, nous déplorons tout de même le fait qu’un responsable d’une institution représentative d’un secteur aussi important que le Tourisme qui compte pourtant des personnalités respectables, se soit laissé aller à la dérive, avec une légèreté déconcertante, en impliquant, sans restriction, les représentants de la presse dans une vision rétrécie de « gueuletons », insinuant sans doute que les journalistes ne sont intéressés que par l’intérêt de la « bouff » que leur offre le CRT-TTA.

Le directeur du CRT-TTA, Abdelghani Ragala,
l’homme aux discours creux et provocateurs.
Photo : Hammouda

A ce propos, en dehors du dernier ftour-débat ramadanesque auquel le CRT-TTA a tenu à faire associer la presse et l’ensemble des acteurs régionaux du Tourisme et de l’Hôtellerie dont plusieurs ont, du reste, considéré ce « festin » comme une dilapidation des deniers publics, nous n’avons pas en mémoire d’autres «gueuletons » tel que le laisse outrancièrement entendre M. Ragala.

Toujours est-il que nous tenons d’abord à faire remarquer à M. Abdelghani Ragala que la déontologie de la presse lui donne accès à un « droit de réponse » pour éclairer l’opinion publique sur des propos jugés diffamatoires pour son organisme.
Or, au lieu de cela, c’est lui qui a lamentablement versé dans la diffamation.

D’autre part, nous ne nous ferons pas les défenseurs de la presse locale, en général, sachant que chaque support médiatique est en mesure d’exprimer son point de vue à sa manière. Nous nous limiterons seulement à faire remarquer à Monsieur le directeur Ragala que les journalistes de notre hebdomadaire « Le Journal de Tanger », n’ont jamais été intéressés par ses « gueuletons » et qu’ils ont toujours adhéré, inconditionnellement, et par simple complaisance, à ses fameux communiqués tendant à faire rayonner des activités du CRT-TTA, quoiqu’étant parfois persuadés tendant à faire rayonner les activités du CRT-TTA, souvent empruntées à d’autres organismes comme l’Office national marocain du Tourisme (ONMT) ou autre partenaire actif dans le secteur.

Nous lui faisons remarquer aussi que « Le Journal de Tanger » qui vient de boucler sa 114ème année d’existence, est bien au-dessus de ce genre de considération rétrécie et qu’il a toujours vécu sans les gueuletons du CRT-TTA ou autre.

Nous consentons donc à mettre ce dérapage de M. Ragala sur le compte d’un glissement linguistique, sans plus.
Affaire classée pour nous et rien ne changera dans nos rapports avec le CRT-TTA…même sans gueuletons!...




Partager ceci :
رابط مختصر للمقالة تجده هنا
https://lejournaldetanger.com/news3092.html
التعليقات
Add comment