Accueil » Actualités » Les origines de la violence en milieu urbain ..

Les origines de la violence en milieu urbain ..

Les origines de la violence en milieu urbain
[color=#999999][size=09] Le 23-10-2017 à 09:030:27[/size][/color][justify][size=12][color=#000066] La recrudescence de la violence et de l’insécurité dans les grandes villes ne date pas d’aujourd’hui, mais il n’y a aucune comparaison entre la ville actuelle et celle du Maroc des années après l’indépendance.

Autrefois, la ville accueillait les commerçants, les fonctionnaires, les intellectuels, les étudiants, les agriculteurs, les artisans qui s’assignaient pour objectif commun de travailler pour améliorer leur niveau de vie et celui de leurs familles. Cependant, ils gardaient toujours un lien de nostalgie à leur origine rurale.

Malgré leurs différentes provenances, les nouveaux citadins ont pu garder la sérénité dans leur entourage : ils s’occupaient eux même de la sécurité sociétale et même individuelle des habitants. Dans plusieurs cas, ils désignaient des gardiens parmi eux pour exercer la tâche de la sécurité de leurs biens. C’était une honte pour la famille si l’un de ses membres était interpelé pour un délit ou un crime ; cet acte nuisait moralement à sa réputation et entravait le progrès social de ses garçons et le mariage de ses filles.

Les villes traditionnelles marocaines étaient protégées par une muraille d’enceinte qu’il était difficile à un étranger de franchir. Mais rapidement, ce petit noyau s’est transformé en une structure énorme qui ne cesse de ramper en dehors de la muraille protectrice pour prendre des dimensions démesurées et effrayantes.

C’est dans ce contexte urbain difficilement métrisable qu’a pris naissance le phénomène de la violence, favorisé par des crises économiques intempestives, notamment dues à la sécheresse, ce qui a eu pour premier effet prévisible l’abandon des terres agricoles et l’exode rural donnant lieu à la propagation des bidonvilles et à une population marginalisée cantonnée dans la périphérie de la ville .

De là à tomber dans l’insécurité, il n’y avait qu’un pas.
Ce sont ainsi les causes les plus évoquées pour expliquer l’origine de la croissance de la montée de la violence dans les villes.

A ces conditions inhumaines, il faut ajouter l’exclusion qui est citée aussi comme cause essentielle de la violence perpétrée par des jeunes vivant dans des quartiers défavorisés où ils ressentent la frustration et le besoin. Subissant toute sorte de discrimination, ces jeunes sont poussés vers le chemin de la criminalité et de la violence. C’est une forme pathologique du malaise social.

Un jeune dessouché de son milieu rural pour devenir citadin malgré lui, perd tous les repères et vit en conflit avec lui-même, dans une sociopathie se traduisant par un trouble de la personnalité et une inaptitude à l'intégration au sein d'un groupe, donc par l’individualisme et une sorte d’indifférence envers les autres ; la dépression, la victimisation…
Ces transformations fréquentes dans la banlieue se propagent au centre-ville à travers le trafic et la consommation de drogue, essentiellement les comprimés psychotropes, le vol avec violence et autres actes de délinquance juvénile.

Pour certains experts, la violence est le symptôme d’une crise de sociabilité et de démocratie qui touche toutes les les sociétés, sous différentes formes (institutionnelle, économique ou familiale).
Il s’impose donc de lutter contre les actes de violence avec tout l’arsenal juridique, répressif et préventif dont on dispose.

A court terme, il faut appliquer une approche sécuritaire préventive adoptée par tous les intervenants dans la gestion de la chose publique (établissement sécuritaire, conseils locaux et régionaux, autorité locale, société civile, médias…) par l’échange d’informations, et l’usage des nouvelles technologies afin de lutter contre les réseaux criminels.

A moyen terme, l’Etat doit assurer un développement intégré et garantir la distribution équitable des espaces de culture et de divertissement.

A long terme, le système éducatif et l’intégration sociale constituent les grandes solutions, pour lutter contre la criminalité et la violence..[/color][/size][/justify][right][size=9][color=#999999]Photo PAR : Mustapha HAZINE [/color][/size][/right][center][size=14][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Larache : Viol sauvage d’une sexagénaire malade mentale

Un individu trentenaire a forcé, samedi 5 septembre courant, le domicile situé dans un bidonville ...

La mosquée « Souriyne » fermée  pour cause du Covid-19

La délégation régionale des Affaires islamiques à Tanger, a procédé,  vendredi 4 septembre courant, à ...

Covid 19  : L’immobilier en pleine crise à Tanger

Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, à travers l’Indice des ...

%d blogueurs aiment cette page :