Accueil » Politique » Echos des législatives ..!!

Echos des législatives ..!!

Echos des législatives
[color=#999999][size=09] Le 17-10-2016 à 12:17:58 [/size][/color][justify][size=13]
[b][center][color=#ff0000]Le Nouveau Parlement Compte 81 Femmes[/color][/center][/b] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/mbarka_bouaida.jpg[/img][/center]Elles sont exactement quatre-vingt et une élues à pouvoir siéger à la Chambre des députés : PJD (18 sièges), PAM (14 sièges), du PI (7 sièges), du RNI (6 sièges), du MP (5 sièges), de l’USFP (4 sièges), du PPS (3 sièges) et de l’UC (3 sièges).
Vingt d’entre elles ont décroché leurs sièges dans le cadre des listes des jeunes et des listes locales.

[center][b][color=#ff0000][b]Aziz Akhennouch Nouveau Président du RNI[/b][/color][/b][/center] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/aziz_akhnouch400.jpg[/img][/center]Le bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI) a tenu une ultime réunion, mercredi 12 octobre, pour désigner Aziz Akhennouch président du parti. Celui qui était jusque-là ministre de l’agriculture et de la pêche de Benkirane succède ainsi à Salaheddine Mezouar qui a présenté dimanche 9 octobre sa démission, une manière, a-t-il expliqué, d’assumer ses responsabilités face au recul électoral de sa famille politique qui a perdu une dizaine de sièges lors des législatives du 7 octobre.

Le bureau politique qui avait refusé la démission du président Mezouar est resté en session ouverte, mardi matin ; ensuite, les événements se sont précipités. L’instance dirigeante du Rassemblement national des indépendants a fini par accepter le départ de l’actuel chef de la diplomatie et président de la COP 22 Salaheddine Mezouar.

Aziz Akhennouch qui avait démissionné du RNI pour participer, en 2012, au gouve
ement Benkirane, signe ainsi, son grand retour à la maison

[b][center][color=#ff0000]L’Istiqlal désigne trois dirigeants pour négocier avec Benkirane[/color][/center][/b] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/ben_kiran_chabat3.jpg[/img][/center]Le scrutin du 7 octobre terminé et les sièges de l’hémisphère législatif répartis, commence alors le jeu des alliances et la course pour les fauteuils au gouve
ement.

Ainsi, le comité exécutif du Parti Istiqlal (PI) a tenu, hier mardi dans la soirée, une réunion d’évaluation des élections législatives du 7 octobre. Le Parti Istiqlal se donne une nouvelle position. Choisissant la majorité, le parti de Hamid Chabat va négocier dans les prochains jours la formule de son entrée au gouve
ement Benkirane.

Le comité exécutif a ainsi désigné trois négociateurs qui mèneront les tractations avec le chef de gouve
ement, Abdelilah Benkirane. Ce retour à la majorité sera négocié par, le secrétaire général du parti, Hamid Chabat, Hamdi Ould Rachid et Mohamed Soussi.

[center][b][color=#ff0000]Lachgar envoie des émissaires au PJD[/color][/b][/center] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/lchkar4.jpg[/img][/center]Juste après l’annonce des résultats du scrutin du 7 octobre, l 'Union socialiste des forces populaires (USFP), gros perdant de ces élections, a décidé de recourir aux « institutions constitutionnelles » pour protester contre les divers dysfonctionnements et « irrégularités » ayant entaché, selon ce parti, le scrutin législatif du 7 octobre 2016.

Paradoxalement, cette démarche de Driss Lachgar n’est qu’un remake de celle qu’il avait déjà adoptée en 2007, du temps où El Yazghi était 1er Secrétaire de l’USFP, quand il n’avait pas trouvé de place au gouve
ement. A l’époque, il avait remué ciel et terre au sein du parti de la rose, cherchant même à écarter Radi et El Yazghi. Lachgar a été jusqu’à enclencher des alliances avec les islamistes et les brandir en menaces. Il n’a retrouvé son calme qu’après avoir obtenu le strapontin de ministre chargé des Relations avec le parlement.

Aujourd’hui, il est en train de rééditer le même scénario, jouant sur tous les tableaux, sachant qu’au lendemain de la publication des résultats du scrutin, les dirigeants de trois partis, en l’occurrence, Ilyas El Omari du PAM, Hamid Chabat de l’Istiqlal, et Driss Lachgar de l’USFP se sont réunis entre eux.
Les trois leaders n’ont pas discuté de la question des alliances, préférant attendre, d’abord la nomination par le roi du Chef de gouve
ement, issu du PJD, arrivé premier avec 125 sièges.
Vraisemblablement, Lachgar cherche de trouver refuge auprès du plus offrant.

[center][color=#ff0000][b]PPS: aucun contact avec Benkirane ?[/b][/color][/center] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/ben_abdallah5.jpg[/img][/center]Le parti du Progrès et du socialisme (PPS) connaîtrait-il des tensions intestines.  » Non ! il n'en est rien ! », indique un responsable de la formation politique qui assure qu’il n'existe pas de tension inte
e au sujet des dirigeants ministrables », indique un responsable au sein du parti, dirigé par Nabil Benabdellah.
La même source précise par ailleurs qu’aucun contact n’a été établi pour le moment avec le chef du gouve
ement désigné, Abdelilah Benkirane.

«Nous ne sommes même pas dans une logique participative au gouve
ement», affirme ce membre dirigeant du parti, s'étonnant : «comment voulez-vous dès lors que notre parti soit traversé par des tensions au sujet de notre participation au prochain gouve
ement?»

La même source ajoute également que la direction du parti tiendra une réunion élargie, ce samedi, avec les députés élus pour ressouder les rangs de cette formation politique et « mettre du baume au cœur ».
Rappelons que le PPS est l’un des grands perdants du scrutin du 7 octobre avec seulement 12 sièges, listes locales et nationales confondues.
Doit-on en conclure que le PPS ne fera pas partie du prochain gouve
ement ? Pas si sûr car, en politique, on ne peut jurer de rien… !

[center][color=#ff0000][b]L’Union constitutionnelle se rapproche du RNEL [/b][/color][/center] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/sajid-6.jpg[/img][/center]L’Union constitutionnelle a annoncé « son entrée dans une phase de rapprochement avec le Rassemblement national des indépendants (RNI) », estimant qu’elle partage avec le parti de la Colombe « des objectifs et des ambitions communs ».

L’UC va examiner la possibilité de créer un groupe parlementaire commun avec ce parti, au niveau de la chambre des représentants.

Selon le secrétaire général du parti du Cheval, Mohamed Sajid, l’objectif est de former au Parlement « une coalition de partis libéraux qui partagent les mêmes principes », (NDLR : soit au gouve
ement, soit dans l’opposition).

[b][center][color=#ff0000]Nouveau parlement : 24 % de commerçants et 15% d’enseignants [/color][/center][/b] [center][img]www.lejournaldetanger.com/images/newspost_images/parlement-maroc550.jpg[/img][/center]La composition socioprofessionnelle de la Chambre des représentants issue des élections du 7 octobre est presque identique à celle de 2011, avec 24% de commerçants, 15% d'enseignants et 14% de fonctionnaires.
La catégorie des professions libérales occupe la 4e place avec environ 14%, suivie des salariés du secteur privé avec plus de 8% et des agriculteurs en sixième et de
ière position, avec près de 6%. ![/size][/justify]

[center][size=15][b][color=#006699][link=http://www.lejou
aldetange
ews.com]Le Jou
al De Tanger[/link][/color][/b][/size][/center]

À propos admin

x

Check Also

Nouvelle ligne maritime Tanger Med – Poole (Royaume-Uni)

Annoncée en février dernier, la ligne maritime reliant le port de Tanger Med à celui ...

Circonscription Tanger-Assilah: Cinq partis gagnants: UC- PI- PAM- RNI et USFP

Le Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed M’Hidia estime que  » le taux de ...

Législatives 2021: Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) en tête avec 102 sièges

Mercredi 8 septembre courant, 17,5 millions d’électeurs Marocains avaient rendez-vous avec les onzièmes élections  de ...

%d blogueurs aiment cette page :