News Rétrospective de la visite Royale à Laâyoune
(Catégorie Commémoration)
Posté par Administrateur
الجمعة 20 نوفمبر 2015 - 10:00:05

Le 20-11-2015 à 10:00:05
Cette année, la célébration du 40ème anniversaire de la Marche verte a eu une connotation exceptionnelle. Plusieurs événements illustrent le fait que « l’affaire » du Sahara s’achemine résolument vers une sortie honorifique pour le Maroc qui passe à la vitesse supérieure, pendant que l’Algérie plonge dans le doute, et semble ne plus avoir ni les moyens, ni l’ « envie » de continuer. A Tindouf, un « quarteron de dirigeants » résiste encore et toujours, mais pas pour longtemps encore !

***

Accueil enthousiaste de SM le Roi à Laâyoune

Malgré son état de santé fragilisé par un syndrome grippal aigu avec atteinte broncho-pulmonaire et oro-pharyngée, SM le Roi Mohammed VI était fidèle au rendez-vous du 6 novembre à Laâyoune, chef-lieu des provinces du sud du Royaume.

Tout au long de l'itinéraire emprunté par le cortège royal, les habitants de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ont réservé un accueil des plus chaleureux et enthousiaste au Souverain. S.M. le Roi a tenu, comme à l'accoutumée, à se rapprocher de la foule pour saluer Ses fidèles sujets, venus très nombreux en ce jour mémorable réitérer leurs marques de fidélité et de loyalisme au Souverain et leur indéfectible attachement au glorieux Trône Alaouite.

Cet accueil inattendu par l’Algérie et le polisario, a coupé l’herbe sous les pieds de tous les ennemis de l’intégrité territoriale marocaine.

Relecture du discours Royal


SM le Roi a prononcé le discours du 6 novembre qui donne lieu aux remarques suivantes :
1- le discours a duré 20 minutes, un temps relativement plus long par rapport aux discours habituels du Souverain ;
2- Ce discours était lu en direct et non retransmis en différé, comme c’est le cas des habituelles adresses royales à la nation ;
3- le discours est venu de Laâyoune et non pas de Rabat, et il fait partie d’une visite officielle sans précédent au Sahara, lors de laquelle a été annoncée une nouvelle génération de projets de développement inscrits dans le cadre d’une régionalisation élargie, qui est la voie vers l’autonomie.
4- A travers ce discours on comprend que, désormais que le Maroc se libère de plusieurs contraintes régionales et internationales en décidant, avec courage et détermination de multiplier les actions positives et éliminer les comportements négatifs dans un environnement régional qui pullule de tous les périls imaginables et inimaginables.

Ainsi on relève dans ce discours quatre messages importants qui lui ont conféré sa charge politique, diplomatique, économique et médiatique :
1- Pour Bouteflika et l’Algérie, SM le Roi a signifié que la patience du Maroc à l’égard de son voisin belliqueux est épuisée et que le royaume adoptera désormais la loi du talion, œil pour œil, dent pour dent, sachant que ce n’est pas le Maroc qui a déclenché les hostilités, mais c’est le royaume qui la subit depuis 40 ans. Ainsi, et alors que Rabat s’est toujours retenu de s’immiscer dans les affaires intérieures algériennes, et a toujours tenu à l’édification de ce si fragile Maghreb Arabe, voilà que maintenant le royaume évoque le cas des Kabyles aux Nations-Unies et rend coup pour coup à Alger dans sa politique d’ingérence au Sahara.

Il est à craindre aujourd’hui, face aux crises que connaît l’Algérie et à la psychologie d’un président qui œuvre à démanteler son propre Etat militaire depuis son lit de malade, que les deux pays ne soient entraînés à plus que la guerre médiatique ouverte à laquelle nous assistons depuis 40 ans.

Des propos durs directs sont tenus par SM le Roi, pour la première fois à l’adresse de nos voisins algériens leur disant : « vous avez réduit les enfants libres et dignes du Sahara à « un butin de guerre, un fonds de commerce illégitime et un moyen de lutte diplomatique » contre le Maroc et durant 40 ans vous n’avez pas pu, ou voulu, procurer aux habitants des camps 6.000 logements, soit une moyenne annuelle de 150, pour préserver leur dignité ».

2- Aux Nations Unies, SM le Roi a dit en substance : Le Maroc œuvrera unilatéralement à appliquer la solution politique au conflit du Sahara, car Rabat ne peut attendre éternellement ce qui viendra ou ne viendra pas. Le Maroc apporte ainsi sa contribution en payant la facture de cette solution : une régionalisation élargie qui ouvre la voie à l’autonomie à travers un important projet de développement qui coûtera 140 milliards de dirhams pour moins de 200.000 Sahraouis.

3- A l’envoyé spécial de l’ONU Christopher Ross, Mohammed VI a dit : « Certains cercles au sein d’organisations internationales, qui ignorent l’histoire du Maroc, cherchent à présenter à partir de leurs bureaux feutrés des conceptions éloignées de la réalité, comme autant de propositions pour régler le différend régional suscité autour de la marocanité du Sahara. Le Maroc refuse toute aventure aux conséquences incertaines, potentiellement dangereuses, ou toute autre proposition creuse ne servant à rien d’autre qu’à torpiller la dynamique positive enclenchée par l’Initiative d’autonomie ».
En clair, cela signifie que le SM Roi pose son véto face au projet fédéral diffusé par Christopher Ross que le roi accuse de vouloir faire avorter le projet d’autonomie… et cela est probablement le coup de grâce aux « vains » efforts de l’envoyé spécial de Ban Ki Moon.
4- Le Souverain s’adresse ensuite à Mohamed Abdelaziz et aux Sahraouis qui le suivent encore.
SM Mohammed VI a tenu en substance les propos suivants : « Vous n’avez aucune chance de réussir votre séparatisme et des jours pénibles se dessinent devant vous dans vos camps !

Puis, Le Souverain a appuyé sur la plaie des Sahraouis : « Je tiens à poser aux habitants des camps de Tindouf cette question: Etes-vous satisfaits des conditions dramatiques dans lesquelles vous vivez ? Les mères acceptent-elles le désespoir et la frustration de leurs enfants qui buttent sur un horizon bouché ? ».

Evidemment, le Maroc n’attend pas de réponse, puisque le Roi en formule une lui-même en disant : « Je récuse cette situation inhumaine qui vous est imposée. Mais si vous vous en accommodez, n’en faites le reproche qu’à vous-mêmes en voyant le Maroc assurer le développement de ses provinces du Sud et créer pour leurs habitants les conditions d’une vie digne et libre ».

SM le Roi s’adresse alors directement aux jeunes Sahraouis, mais sans leur ressasser encore l’histoire des liens d’allégeance qui unissent les tribus du Sahara et le trône alaouite… Il leur tient plutôt le discours qu’ils comprendront, avec des arguments qui leur parlent à savoir ce que leur garantit la mère patrie : un pays libre, un projet de développement intégré et plus de chances de réussite, avec davantage d’opportunités d’emplois et un plus grand ancrage à la terre d’origine. « Ce qui nous intéresse, c’est de préserver la dignité des fils du Sahara, surtout les générations montantes, et d’instiller en eux l’amour et l’attachement à la patrie » dira le Souverain.

5 - Le dernier volet du message royal, est adressé aux Sahraouis unionistes qui ont opté pour la marocanité du Sahara, auxquels le Souverain a encore certifié la rupture avec la rente et l’économie qui va avec, les privilèges et la corruption qu’ils induisent, la centralisation et la bureaucratie qu’elle implique. Et donc, après avoir annoncé un projet de développement inspiré par le Conseil économique, social et environnemental qui a mis à plat et à mal les programmes antérieurs, SM le roi a placé tout le monde face à ses responsabilités :

- en premier le capital et les richesses du Sahara qui sont investies partout ailleurs qu’au Sahara,
- en second l’administration qui a fait prospérer tant de rentiers,
- en troisième lieu les notables qui marchent, un pied au Maroc et un autre à l’étranger et, enfin, en dernier lieu, les partis qui ont échoué à s’installer et s’implanter au Sahara, pour des raisons propres à chacun d’entre eux.

Un ambitieux plan de développement au Sahara


La première phase du gigantesque plan global de développement d’un investissement de l’ordre de 77 milliards de DH pour la période 2016-2021 porte sur la construction d’infrastructures, la création de dizaines de milliers d’emplois et le soutien financier à apporter par l’Etat aux trois régions des provinces du Sud.

Il s’agit de la construction de la voie expresse Tiznit-Dakhla, avec une nouvelle route entre Tiznit et Laâyoune, et le renforcement et l’élargissement de celle existant entre Laâyoune et Dakhla. Le projet, d’une longueur de 1.055 km, sera doté d’un budget de 8,5 milliards de DH.
Le grand port de Dakhla-Atlantique sera prochainement lancé pour une enveloppe de 6 milliards de DH), en même temps qu’une technopole (2 milliards de DH) ;
A Dakhla toujours, le secteur agricole sera doté d’une usine de dessalement de l’eau de mer, pour une enveloppe de 1,3 milliard de DH et une capacité de production quotidienne de 100.000 m3 d’eau douce.

Près de 10.000 emplois seront créés ensuite, dans le cadre de grands projets de traitement des produits de la pêche (1,2 milliard de DH) et d’aquaculture (2,8 milliards de DH).

La ville de Laâyoune disposera d’un centre hospitalier universitaire d’une capacité de 500 lits (1,2 milliard de DH) et comprenant des pôles d’excellence dans diverses spécialités (mère enfant, oncologie, psychiatrie, urgences).
D’autre part, et toujours dans le secteur primaire, deux projets structurants verront le jour, à Laâyoune-Saqia El Hamra. Ils porteront sur la mise en valeur agricole de 1.000 hectares à Boujdour (465 millions DH) et le développement du programme de l’agriculture solidaire dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra (1,1 milliard de DH).

L’Office chérifien des phosphates mettra en œuvre un autre grand projet de développement industriel, pour un budget de 16,8 milliards de DH, consistant en l’installation de nouvelles infrastructures pour l’extraction, le traitement, le transport et la commercialisation des phosphates de Boucraâ.

La CGEM a annoncé des investissements pour 59 projets, totalisant 5,4 milliards de DH dans divers secteurs (immobilier, commerce, transport, éducation, industrie), et qui assureront la création de 10.300 emplois.
Ainsi, en 2021, ce sont 120.000 emplois qui seront créés dans un ensemble de quelques 200 projets.


Manifestation anti-Minurso

Quelque 25000 manifestants se sont regroupés devant le siège de la Mission onusienne au Sahara, dite Minurso pour proclamer la marocanité du Sahara. A ce moment précis, SM le roi passait seul dans sa voiture. Alors que le Souverain s’est arrêté pour s’enquérir des motifs de cette manifestation, la foule a entouré la voiture de SM le Roi qui n’a pu se dégager que grâce à l’intervention des forces de l’ordre alors que des centaines de personnes scandaient :« Vive le Roi ; vive le Sahara marocain! ».

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://www.lejournaldetanger.com/news.php?extend.902 )