News Des Manifestants ont envahi, jeudi, les rues d’Al Hoceima
(Catégorie Région & La ville)
Posté par Administrateur
الخميس 27 يوليو 2017 - 09:05:03

Le 27-07-2017 à 09:05:03
Les violentes manifestations de jeudi dans les rues d’Al Hoceima ont donné lieu à 83 blessés dont 11 civils et 72 agents de l’ordre.
Parmi les blessés graves, un jeune manifestant, un gendarme et un policier, tous les trois atteints par des jets de pierres lancés par des manifestants.
80 blessés ont été évacués sur l’hôpital Mohammed V d’Al Hoceima, pour recevoir les soins nécessaires.
Les trois autres grièvement blessés ont été héliportés en urgence vers un hôpital de Rabat...

Il est un peu plus de 17 heures de ce jeudi 20 juillet courant lorsque les premiers protestataires commencent à se rassembler sporadiquement dans plusieurs rues et ruelles d’Al Hoceima. Des images commencent à défiler sur la toile, les premières montrant des hommes, majoritairement jeunes, certains masqués de foulards, scandant « vif le Rif ». Dans la foule, une femme, d’âge moyen, en djellaba et foulard blancs scande « vif le Rif, vive Zefzafi ».

Sur les trottoirs, des passants s’arrêtent pour observer la scène avant de poursuivre leur chemin.
Jusque-là, pas trace des forces de l’ordre.


Ensuite, les rangs des manifestants se rejoignent, commencent à gonfler et avancent ; les protestations deviennent de plus en plus musclées.
On aperçoit au loin une première rangée de policiers debout, les mains derrière le dos. Cela Ne dissuade pas la foule en délire qui avance de pied ferme.

Un policier en uniforme classique, portant une bande de tissu rouge et vert autour de la poitrine, fait usage d’un porte-voix pour rappeler aux manifestants que leur marche n’est pas autorisée, les priant de se disperser.
En guise de réponse, les premiers jets de pierres fusent vers les agents de l’ordre dont certains sont atteints. Les policiers lâchent leur première bombe lacrymogène pour tenter de freiner l’avancée des manifestants.
Le conflit est ouvert, la confrontation devenant inévitable, se traduisant par l’échange de jets de pierres et de bombes lacrymogènes.

pour tenter de freiner l’avancée des manifestants.
Le conflit est ouvert, la confrontation devenant inévitable, se traduisant par l’échange de jets de pierres et de bombes lacrymogènes.


Triste bilan : 83 blessés dont 11 civils et 72 agents de l’ordre.
Parmi les blessés graves, un jeune manifestant, un gendarme et un policier, tous les trois atteints par des jets de pierres lancés par des manifestants.
80 blessés sont évacués sur l’hôpital Mohammed V d’Al Hoceima, pour recevoir les soins nécessaires.

Les trois autres grièvement blessés sont héliportés en urgence vers un hôpital de Rabat.

Les photos du jeune homme atteint à la tête circulent sur les réseaux. Il s’agirait de Imad El Attaby admis à l’hôpital local dans un état comateux. Des membres de sa famille démenti son décès et confirment son évacuation héliportée à Rabat.

Un communiqué diffusé auparavant par les autorités locales affirme qu’ »une personne se trouvant dans un état comateux et portant une blessure au niveau de la tête due, selon les premières données, à des jets de pierres, a été transférée, jeudi soir, dans des circonstances indéterminées à l’hôpital Mohammed V à Al Hoceima pour recevoir les soins nécessaires. La personne sera évacuée par un hélicoptère du ministère de la Santé à un hôpital de Rabat ».

“Une enquête a été ouverte par les autorités sécuritaires sous la supervision du parquet compétent pour identifier cette personne et élucider les circonstances de cet incident“, conclue le communiqué.


Un autre communiqué indique que « suite à la décision rendue le 17 juillet 2017 par la préfecture de la province de ne pas autoriser l’organisation d’une manifestation le jeudi 20 courant dans la ville d’Al Hoceima, “un groupe de 300 à 400 personnes, défiant cette décision d’interdiction, a tenté d’organiser une marche dans la province, au cours de laquelle certains éléments encagoulés ont procédé à la provocation des forces publiques et au jet de pierres sur ces éléments, ce qui a causé la blessure de 72 membres de ces forces de degrés plus au moins graves . Onze personnes parmi les manifestants ont été également blessées suite à l’usage du gaz lacrymogène et qui ont été transférées à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires ».



« D’autre part, deux véhicules des forces publiques ont été endommagés et incendiés par certains manifestants à Ajdir », note le communiqué.
PH : DR


Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://www.lejournaldetanger.com/news.php?extend.2468 )