News Le Tangérois Mohammed Arrouchi Nouvel Ambassadeur du Maroc à l’Union africaine
(Catégorie Vie associative)
Posté par Administrateur
الجمعة 21 يوليو 2017 - 11:24:23

Le 21-07-2017 à 13:44:51
L’image du Pragmatisme dans les relations Sud/Sud est de grande actualité depuis le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA).
La nomination, le 25 juin dernier, d’un représentant permanent du royaume auprès de l’instance continentale, en l’occurrence le Tangérois Mohammed Arrouchi, est à inscrire, sans conteste, dans le sillage d’une telle perception des relations interafricaines.

Cette nomination révèle, à notre sens, trois intentions manifestes.
La première, essentiellement symbolique, reflète la volonté du royaume de réaffirmer le tournant africain de sa politique étrangère.

La deuxième lecture s’explique par la volonté de Rabat d’améliorer sa productivité diplomatique au sein de l’instance continentale.
L’investissement diplomatique consacré par la nomination d’un connaisseur spécialiste des questions multilatérales, pourrait, en effet, impulser une montée en gamme de la défense des intérêts stratégiques du Maroc. Une telle perspective facilitera pleinement le chemin du retour d’influence vers l’Afrique à travers un soft power (Puissance douce) actif en heure et en temps. En retour, cette puissance douce pourrait diminuer les coûts de transaction des processus de décision entre Rabat et Addis Abeba.

Troisièmement, cette nouvelle donne pourrait accélérer la diplomatie offensive marocaine et lui permettre de naviguer aisément, du moins, avec une marge de manœuvre importante entre les rapports forces, les antagonismes ou les frontières réelles ou virtuelles qui existent entre certains membres de l’Union Africaine.

À l’arrière-plan de ce qu’il convient de considérer comme une transformation des pratiques diplomatiques auprès de l’union africaine, c’est bien la matérialisation par Rabat de l'équilibre entre innovation diplomatique et constance de la matrice principielle des relations internationales. Cette stratégie, s’il est possible de la concevoir comme telle, ne déroge pas aux réalités diplomatiques actuelles où les Etats sont appelés à se rapprocher…avec prudence et pragmatisme.

En fait, qui est Mohammed Arrouchi qui va mener l’offensive marocaine dans le club panafricain.?
M. Arrouchi est un expert onusien doublé d’un fin négociateur et connaisseur des questions multilatérales. Il mène sa carrière au ministère des Affaires étrangères depuis 1988 alors qu’il intègre ce département après des études en linguistique et littérature anglaise à l’université de Fès. Il est alors chargé des organisations internationales. Sa première affectation diplomatique à l’étranger se fera en 1992 en tant que Premier secrétaire du Représentant permanent du Maroc à l’office des Nations unies à Vienne. Huit ans après, il rejoint la représentation permanente du Maroc à l’ONU, à New York, dirigée à l’époque par Mohamed Bennouna, et sera plus particulièrement chargé du suivi du groupe africain.

Pour ceux qui le connaissent, même s’il n’a jamais été en poste en Afrique, il connaît très bien les grandes questions du continent.

En 2005, il est affecté à l’ambassade du Maroc à Washington, alors sous la tutelle d’Aziz Mekouar, un des gros calibres de la diplomatie marocaine à l’étranger. Trois ans après, il est rappelé au siège du ministère à Rabat pour diriger la division des Affaires arabes. Il sera par la suite nommé inspecteur au sein de ce département.

Durant toute sa carrière, ce Tangérois, fils de militaire, aiguise son sens de la négociation en côtoyant les organisations multilatérales. En 2014, il est nommé Consul général du Maroc à Strasbourg. Sa principale mission consiste à mettre en œuvre la nouvelle politique de proximité voulue par le Roi Mohammed VI vis-à-vis des Marocains résidant dans cette partie de la France. Mais sa mission est aussi européenne du fait que, Strasbourg étant le siège du Conseil de l’Europe, il supervisait parallèlement les relations de son pays avec cette institution.

Si la nomination de Mohammed Arrouchi à la fonction d’ambassadeur auprès de l’UA a été décidée lors du conseil des ministres du 25 juin dernier, le diplomate n’a pas encore été reçu officiellement par le Roi Mohammed VI. Une démarche officielle nécessaire pour recevoir ses lettres de créance préalablement à sa prise de poste à Addis Abéba.

PH : DR
Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://www.lejournaldetanger.com/news.php?extend.2449 )