News Al Hoceima : La grève générale et la marche se sont déroulées sans incident
(Catégorie Région & La ville)
Posté par Administrateur
الاثنين 22 مايو 2017 - 15:06:00

Le 22-05-2017 à 15:06:00
Une grève générale, largement suivie et une marche sans incident. Voilà le constat fait dans l’après-midi de jeudi dans la ville d’Al Hoceima.
Mais au-delà de ces deux actes de protestation se dessine timidement une volonté de désamorcer la crise, affichée par les deux parties,l’Etat, d’un côté et les meneurs de la «mobilisation» de l’autre.

La participation des habitants était au rendez-vous avant même le coup d’envoi de la marche de protestation annoncée pour 18 heures. les grands taxis et des voitures particulières bondés de citoyens affluaient de Bni Bouayach, Boukidane, Imzouren et Bni Boufrah vers le centre d’Al Hoceima. Des manifestants de Nador ont également répondu présent à l’appel lancé par Nasser Zefzafi», principal organisateur du mouvement.

Les marcheurs ont prêté serment de préserver le caractère pacifique de la protestation. Zefzafi a exhorté la foule à éviter toute confrontation avec les forces de l’ordre.

De leur part, les autorités ont modifié leur approche. Si le matin, elles ont dressé des barrières de sécurité pour empêcher les manifestants de converger vers le centre d’Al Hoceima, elles ont ensuite effectué un retrait. Ce qui a permis à la marche de se dérouler dans le calme et sans incident.

Contrairement à son message au ton virulent de la veille, force est de constater que Nasser Zefzafi a adouci son propos. Dans sa nouvelle vidéo, exit toutes les citations du Coran et Hadith du prophète ainsi que les références "à l'obligation religieuse" de prendre part à la marche.
Par ailleurs ses griefs sont désormais portés à l’encontre du gouvernement et tout particulièrement Saâdeddine El Othmani. C’est dans ce cadre qu’il a traité le cabinet du PJDiste de «Baltajis».

Tout au long de son message, Zefzafi n’a eu cesse de mettre l’accent sur le «droit légitime de manifester pacifiquement pour obtenir des revendications sociales». Une précision parfaitement en phase avec le deuxième communiqué de la majorité gouvernementale qualifiant «l’expression des revendications sociales de légitime».

Un principe martelé depuis par le président du CNDH, Driss El Yazami, mardi sur Al Aoula et jeudi par le ministre des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Cette modération de la part de Zefzafi serait-elle la conséquence de l’intervention d’une tierce partie ? La section régionale du CNDH a offert sa médiation entre les meneurs de la «Mobilisation» et l'Etat.
Pour le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, le gouvernement est soucieux de préserver la paix et la sécurité, mais également de garantir les conditions d’une vie digne aux citoyens.

En effet, le conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence de Saad-Eddine El Othmani, a souligné le souci de l’Etat de préserver la paix et la sécurité d’Al Hoceima, qui n’a d’égal que sa pleine conscience de ses responsabilités de garantir les conditions d’une vie digne aux citoyens.
El Khalfi a indiqué que le gouvernement s’est montré compréhensif à l’égard des revendications objectives et légitimes de la population d’Al Hoceima et a souligné ses responsabilités d’honorer tous ses engagements de développement dans la région, à travers l’amélioration du rythme de réalisation des projets de développement prévus dans le cadre du programme « Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit », en application des Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI.

Le Conseil de gouvernement, qui a débattu de manière profonde la question des manifestations à Al Hoceima, a examiné un exposé du ministre de l’Intérieur sur le sujet et les efforts déployés par l’Etat visant à promouvoir le processus de développement dans la région, a précisé M. El Khalfi, dans un communiqué lu lors du point de presse tenu à l’issue du Conseil.

Cet exposé a évoqué les revendications objectives et légitimes des manifestants touchant dans leur grande majorité à leur vie quotidienne et s’inscrivant dans leur ensemble dans le cadre du programme de développement voulu par SM le Roi aux populations de la région, a indiqué M. El Khalfi.

L’exposé du ministre de l’Intérieur a mis l’accent sur l’importance de la vigilance à l’égard de certains comportements qui visent à créer un climat de blocage sociale et politique, en dépit des initiatives de dialogue menées par les pouvoirs publics et certaines instances politiques, les campagnes de sensibilisation à l’importance des projets de développement programmés dans la région et la satisfaction de la majorité des revendications sociales exprimées, a-t-il fait remarquer.

Suite au débat, le Conseil a réitéré le souci de tous les départements gouvernementaux de prendre toutes les mesures nécessaires pour accélérer la réalisation des projets programmés et de faire le nécessaire pour améliorer la qualité des services publics, à l’image des autres régions du Royaume, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Si le droit aux manifestations pacifiques est garanti à tous, il est du devoir des pouvoirs publics d’assumer leur rôle naturel de préservation de la paix et de la sécurité et de protection des vies et des biens publics et privés dans le respect total de la loi et sous la supervision de la justice, a conclu M. El Khalfi.

D’autre part, la section locale du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) vient de proposer son intermédiation se disant prêt à « ouvrir ses portes pour l’organisation de rencontres dans son siège à Al Hoceima ou dans tout autre endroit choisi par les deux parties » et ce afin « d’éviter le recours à la force et à maintenir le calme ».

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://www.lejournaldetanger.com/news.php?extend.2329 )