News Historique sur les débuts de la célébration de la nativité du Prophète (sur Lui la prière et le salut)
(Catégorie Religions)
Posté par Administrateur
الاثنين 19 ديسمبر 2016 - 16:31:19

Le 19-12-2016 à 16:31:19
L’observance de l’anniversaire de la naissance du Prophète (sur Lui la prière et le salut), dont la date est le 12 Rabi‘ I, n’a débuté qu’à une époque tardive, et la plus ancienne mention d’une célébration publique se trouve chez Ibn Joubayr (fin VI/ XIIème siècle). Cette estime a débuté par une cérémonie distincte organisée à la Mecque. Elle se caractérisait par la visite à la Maison natale qui restait occasionnellement ouverte toute la journée à cette fin...

Les Historiens font remonter l’institution des Festivités de la Célébration de l’anniversaire de la Naissance du à l’avènement des Fâtimides en Tunisie, puis en Egypte. Dans son étude de cette manifestation, le Pr. Hasan al Sadoûbî a écrit : L’avènement de la dynastie fâtimide eut le dessus sur l’inauguration de ces festivités et fit entériner son Obligation… »

Une fois investis en Egypte, les Fâtimides célébrèrent donc, l’anniversaire de la naissance du Prophète (sur lui la prière et le salut) avec magnificence et splendeur par la cour. Loin d’être des fêtes populaires, ces cérémonies étaient réservées principalement à la classe chiite dirigeante, c’est certainement ce qui explique pourquoi – à l’exception des grands historiens du Caire fâtimide al Maqrizî et al Qalqachandi – elles ne sont guère mentionnées dans la littérature de cercles sunnites.

Ainsi, cette solennité avait suscité l’attrait des historiens chiites, des voyageurs et des hommes de lettres, décrivant cette atmosphère de liesse dans laquelle se déroulèrent ces cérémonies : ‘Abbâs Ahmad ibn ‘Alî al Qalqachandî écrit dans son « Sobh al A‘châ »: « Selon leur habitude, la célébration de cet événement débuta par la préparation dans la Maison de la (Fitra) de 20 tonnes de gâteaux de différentes espèces, en sucre de pure qualité, qu’ils placèrent sur 300 plateaux en cuivre. Et, à la veille du « Mawlid », les hauts fonctionnaires rejoignirent le palais en procession, pour assister auprès du calife à la clôture de la récitation du noble Coran, précédés par le cortège des friandises portées par les pâtissiers »

Les éléments de ces cérémonies étaient la procession des dignitaires vers le palais du calife, suivis des trois sermons prononcés par chacun des trois prédicateurs. L’origine de ces récitals peut se trouver dans des discours que l’on faisait au Caire sous les Fâtimides et à Irbil. Le Kitab al Tanwîr fî mawlîd al sirâj d’Ibn Dihya composé pendant son longtemps séjour à Irbil à l’invitation de Gokbourî (beau-frère de Salah Eddin) était déjà célèbre à cette époque en tant que mawlîd. (28’) Le récit le plus complet en est fourni par Ibn Khalliqân lui-même natif de Irbil et c’est sur lui que se sont fondés les auteurs postérieurs.

Historique du Mawlid à la Mecque
La Mecque, Mère des villes, que Dieu la bénisse et l’honore, est le chef de file des villes islamiques, dans la célébration du Mawlid comme dans la commémoration des autres événements. La première mention publique se trouve chez Ibn Joubaïr (540-614h) qui écrit : « Ce lieu béni (la maison du Prophète) est ouvert au grand public qui y entre pour obtenir la bénédiction chaque lundi du mois de Rabî‘ al awwal, car c’est en ce jour et en ce mois qu’est né le Prophète (sur lui la prière et le salut) »

Dans son livre « Akhbâr Macca » vol 2, p.160, l’historien mecquois al Azrâqî mentionne que la maison où le Prophète (sur lui la prière et le salut) est né est l’un des nombreux lieux de la Mecque où il est recommandé de faire la prière.

Le récitant du Coran, al Maqqach (266-351h) mentionne en outre le lieu de la nativité du Prophète comme un lieu où l’invocation est exaucée les nuits du lundi, dans son ouvrage intitulé « Chifâ’ al gharâm ».

Ph : DR

Le Journal De Tanger



Cet item a été imprimée depuis le site .:: Le Journal De Tanger News ::.
( http://www.lejournaldetanger.com/news.php?extend.1917 )